Accueil » Nouvelles, Posts

Ateliers et présentations 2017

Déposé par dans May 25, 2017 – 1:48 amPas de commentaire

BookfairWorkshop2014-2Ateliers et présentations au Salon du livre anarchiste de Montréal
HORAIRE EN RÉSUMÉ

(les descriptions détaillées sont ci-dessous)

(consultez l’horaire des ateliers de samedi ICI)

(consultez l’horaire des ateliers de dimanche ICI)

Tous les ateliers seront présentés en traduction chuchotée vers le français (FR) ou l’anglais (ANG)
CCGV = Centre Culturel Georges-Vanier (2450, rue Workman)
CEDA = Centre d’éducation populaire de la Petite-Bourgogne et de St-Henri (2515, rue Delisle)

Samedi 27 mai
11h à 12h45

- Comprendre notre histoire coloniale pour mieux la confronter, en l’an 2017 fête du Canada (Ni Québec, ni Canada) – CÉDA, Salle #119 (FR)
- Je ne suis pas Gay, Je suis en colère: Regards sur le militantisme LGBTQIA+ Contemporain (Vincent Mousseau) – CÉDA, Salle #123 (ANG)
- Neuro-anarchie: édition pour enfants (Montreal Childcare Collective) – CÉDA, Salle #125 (ANG)
- La montée de l’extrême droite ici et ailleurs: apprendre pour agir (Le Réseau Résistons Trump et l’extrême droite) – CCGV, Salle #2,100 (FR)

Samedi 27 mai
13h à 14h45

- Exiger l’impossible: La pratique et la pertinence de l’anarchisme (Jaggi Singh) – CÉDA, Salle #119 (ANG)
- Médias militants et pratiques sécuritaires (GAPPA) – CÉDA, Salle #123 (ANG)
- Caucus des parents et des personnes qui soutiennent des parents et des enfants (Montreal Childcare Collective) – CÉDA, Salle #125 (FR/ANG)
- Kino Anarchiste- présentation des films (Projections Insurgées) – CCGV, Room #1,100 (FR)
- Grève des stagiaires, grève des femmes! La lutte pour la reconnaissance du travail étudiant (Comités unitaires sur le travail étudiant) – CCGV, Salle #2,100 (FR)
- Quartier en guerre. Une histoire explosive des luttes pour le logement (Seth Tobocman) – CCGV, Salle #0,100 (Salle d’exposition) (ANG)

Samedi 27 mai
15h à 16h45

- L’anarchisme, à quoi ça sert? (Roxanne et Thomas) – CÉDA, Salle #119 (FR)
- Le chevauchement entre les politiques d’identité et l’anarchisme insurrectionnel (Andrea et Dylan) – CÉDA, Salle #123 (ANG)
- Film: Ce n’est qu’un début: La philo avec les enfants (Montreal Childcare Collective) – CÉDA, Salle #125 (FR)
- Réflexions et pratiques de luttes anti-gentrification (chlag.info) – CCGV, Room #1,100 (FR)
- L’idée de communes dans les politiques radicales contemporaines (Silvia Federici) – CCGV, Salle #2,100 (ANG)

Dimanche 28 mai
11h à 12h45

- Ni Dieu ni maitre, ni peripheries : anarchisme global (Silvia Federici et Raymond Craib) – CÉDA, Salle #119 (ANG)
- Construisons une cité sans frontières et une ville sanctuaire! (Solidarité sans frontières) – CÉDA, Salle #125 (FR)
- Sérigraphie pour la révolution (Sidetracks) – CCGV, Salle #SS 100 (FR)
- Anarchisme et organisation pour le logement (Hamilton Tenants’ Solidarity Network) – CCGV, Salle #2,100 (ANG)

Dimanche 28 mai
13h à 14h45

- Anarchie 101 (Dylan) – CÉDA, Salle #119 (ANG)
- Drogues dans le milieu anarchiste. Sortir du tabou et partager les connaissances (Jerôme) – CÉDA, Salle #123 (FR)
- Ils ne peuvent pas construire de murs: Confronter le mur frontalier Mexique – États-unis. (Raúl Alcaraz Ochoa) – CÉDA, Salle #125 (ANG)
- Vers une insurrection queer (Charlie et Jordan) – CCGV, Room #1,100 (FR)
- Surmonter l’agression, l’utilisation et l’abus dans les communautés anarchistes (Raissa Simone) – CCGV, Salle #2,100 (ANG)
- LiveArt: Au moins il nous reste le doigt d’vote (David Widgington) – dehors, près le CCGV (FR)

Dimanche 28 mai
15h à 16h45

- Stratégies anarchistes pour fermer les sables bitumineux (Rebel! Rebuild! Rewild!) – CÉDA, Salle #119 (ANG)
- Handicap et anarchie / Handicap dans l’anarchie (Noah E) – CÉDA, Salle #123 (ANG)
- Trouble #3: Bienvenue aux réfugiés (sub.Media) – CÉDA, Salle #125 (ANG)
- Subvertir politique, culture et économie: le cas du Centre social autogéré et du Bâtiment 7 à Pointe-Saint-Charles (Anna Kruzynski) – CCGV, Room #1,100 (FR)
- Gestion des violences sexistes et sexuelles en milieux anarchistes : comment penser une justice qui participe à l’abolition des systèmes et structures d’oppressions? (Laurence et Geneviève) – CCGV, Salle #2,100 (FR)
- Autodéfense pour femmes, personnes trans* et personnes non-conformantes aux genres (Schroder) – dehors, près le CCGV (ANG)

Tous les ateliers seront présentés en traduction chuchotée vers le français (FR) ou l’anglais (ANG)
CCGV = Centre Culturel Georges-Vanier (2450, rue Workman)
CEDA = Centre d’éducation populaire de la Petite-Bourgogne et de St-Henri (2515, rue Delisle)

(les descriptions détaillées des ateliers sont ci-dessous)

 

Comprendre notre histoire coloniale pour mieux la confronter, en l’an 2017 fête du Canada (FR)

Samedi 27 mai, 11h à 12h45

CÉDA, Salle #119

Nous discuterons de l’histoire coloniale du kkkanada, dans le contexte du 150e anniversaire, de sa fondation et de celle du kkkébec dans le contexte de la colonisation occidentale et de comment en tant que colons en attaquer les fondements en solidarité active avec les peuples autochtones en lutte.

Animé par Ni Québec, ni Canadam un projet anticolonial, antiraciste, antipatriarcal et anticapitaliste

—–

Je ne suis pas Gay, Je suis en colère: Regards sur le militantisme LGBTQIA+ Contemporain (ANG)

Samedi 27 mai, 11h à 12h45

CÉDA, Salle #123

Les histoires des identités queer et trans sont basées sur la lutte. Les émeutes et la résistance violente sont monnaie courante dans nos communautés, de la Cafeteria de Compton à Stonewall, et de Montréal’s Sex Garage aux raids des bathhouse de Toronto. Cet atelier guidera les participants à travers les bases contemporaines des mouvements activistes LGBTQIA+ contemporains, ainsi qu’aux legs de cette lutte qui existe au sein de ces communautés encore à aujourd’hui. Dans l’intention d’adresser les multiples discriminations des personnes de couleur LGBTQIA+, une attention particulière sera donnée sur les aspects -souvent effacées- racistes de ces luttes. Ouvert à tout-e-s. Priorité aux personnes queer et trans, spécialement aux personnes QTBIPOC.

Vincent Mousseau est organisateur communautaire vis-à-vis des communautés Black, queer et trans. En tant qu’activiste et conférencier, ses champs d’expertise sont la structure antioppressive, l’analyse intersectionnelle, l’activisme Black Lives Matter, et l’activisme queer antiassimilationniste contemporain.

—–

Neuro-anarchie: édition pour enfants (ANG)

Samedi 27 mai, 11h à 12h45

CÉDA, Salle #125

Cet atelier est un espace pour les parents/soignants d’enfants autistes ou “neurodivergent” (TDAH, incapacité d’apprentissage non verbale, dyslexie, dyspraxie, etc.) pour se réunir et discuter de ce que cela signifie d’élever et/ou de soigner un enfant qui fonctionne d’une façon considérée comme étant en dehors des normes de la société, si vous ne croyez pas aux normes de la société en premier lieu. Qu’est-ce que cela signifie être un parent/soignant qui conteste et rejette l’autorité de l’État tout en comptant sur les services publics pour son enfant? Comment pouvons-nous favoriser l’entraide et la création de ressources non étatiques répondant aux besoins spécifiques que les enfants autistes ou «neurodivergents» peuvent avoir? Ce sera un espace de discussion et de réflexion pour ces questions et d’autres questions similaires ainsi qu’un espace  où les parents/aidants pourront partager des conseils, ressources et expériences. Les personnes qui ne sont pas des parents ou des soignants d’enfants autistes ou «neurodivergents» sont bienvenu.e.s, mais nous demandons que les gens respectent le fait que l’espace soit prioritaire pour ceux qui sont parents/soignants d’enfants autistes ou «neurodivergents».

Les enfants de tous âges sont bienvenus! Des jouets et des livres pour les enfants seront disponibles dans l’atelier.

Animé par Noah, membre du Montreal Childcare Collective.

—–

La montée de l’extrême droite ici et ailleurs: apprendre pour agir (FR)

Samedi 27 mai, 11h à 12h45

CCGV, Salle 2.100

C’est un atelier servant d’introduction aux idéologies et aux groupes d’extrême droite opérationnels aux soi-disant Québec et Canada, et offrant également une familiarisation de base avec les principes antifascistes et groupes principaux qui s’opposent à la montée actuelle de l’extrême droite. Nous couvrirons brièvement l’historique de ces mouvements ici et ailleurs, et discuterons de l’entrée d’idées d’extrême droite dans le discours politique dominant. L’atelier encadrera une discussion et une exploration de nos idées sur comment résister concrètement à la montée de l’extrême droite dans une perspective anti-oppressive et anti-autoritaire. Les participants pourront également apprendre davantage sur et se connecter avec des groupes et militant.e.s qui s’impliquent déjà au sein de ces luttes au soi-disant Québec.

Animé par des membres du Réseau Résistons Trump et l’extrême droite Montréal.

—–

Exiger l’impossible: La pratique et la pertinence de l’anarchisme (ANG)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CÉDA, Salle #119

Cet atelier présente les principes de base de l’anarchisme en partant de son histoire, ses origines  et des divers mouvements et cultures qui l’ont précédé et inspiré. Du soutien des prisonniers et prisonnières, des personnes migrantes et des victimes de brutalité policière jusqu’aux insurrections inspirantes et soulèvements qui se produisent à travers le monde, nous explorerons des exemples tangibles de la pratique des valeurs anarchistes d’auto-organisation, de soutien mutuel, de solidarité et d’actions autonomes. Nous observerons des exemples significatifs d’auto-organisation et de résistance de la Kabylie et du Chiapas en passant par les territoires Mapuche et la Confédération iroquoise. Nous insisterons sur les aspects de l’anarchisme qui ébranlent la société dominante. Cet atelier s’adresse aux participantes et participants du Salon du livre qui sont curieux et curieuses ou qui ne sont pas familiers avec les idées et pratiques anarchistes (ne s’adresse pas aux personnes qui connaissent déjà bien l’anarchisme).

Présenté par Jaggi Singh. Jaggi est un organisateur avec No One Is Illegal, Solidarité Sans Frontière et la Convergence des luttes anti-capitaliste (CLAC) et est aussi membre du Collectif du Salon du livre et de l’Assemblée populaire autonome de Villeray.

—–

Médias militants et pratiques sécuritaires (ANG)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CÉDA, Salle #123

Qu’est-ce qu’un média militant? Comment peut-il envisager à la fois son rôle d’allié et son autonomie? Comment peut-il développer des pratiques plus sécuritaires pour les militant.es? GAPPA vous invite à réfléchir à ces questions à partir de matériel vidéo produit par des médias militants.

Animé par le Guet des Activités Paralogiques, Propagandistes et Anti-démocratiques (GAPPA) un collectif médiatique autonome.

—–

Caucus des parents et des personnes qui soutiennent des parents et des enfants (FR/ANG)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CÉDA, Salle #125

Ce caucus est ouvert aux parents et aux personnes qui soutiennent des parents et des enfants et qui désirent discuter les sujets qui les préoccupent, partager leurs frustrations, échanger des conseils et des stratégies et qui aimeraient créer des liens avec d’autres personnes qui vivent une situation similaire. Une personne animera la discussion mais le contenu de la discussion sera décidé par les personnes présentes.

—–

Kino Anarchiste- présentation des films (FR)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CCGV, Room 1.100

KIN(A) est une nouvelles initiative de Projections Insurgées et Le Festival du Film Anarchiste. À l’image des KINO, un peu partout dans le monde, nous avons décidé d’essayer de faire un KINO anarchiste. L’idée de KIN(A) est de créer des courts-métrages anti-oppréssifs entre 1 et 3 minutes. Cet atelier est alors la projection des films crées dans le cadre de KIN(A).

Le collectif Projections Insurgées à été créé à soi-disant «Montréal» au printemps 2014 par Médi@s Libres, SubMedia.tv et Ni Québec, ni Canada.  Reconnaissant l’importance vitale des médias radicaux indépendants, le collectif organisent régulièrement des projections où les discussions et les idées subversives peuvent fleurirent! Nos évènements sont enracinés dans des principes anticapitalistes, anticolonialistes, antipatriarcaux et Non-autoritaires.

—–

Grève des stagiaires, grève des femmes! La lutte pour la reconnaissance du travail étudiant (FR)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CCGV, Salle #2,100

En février, les CUTE (Comités unitaires sur le travail étudiant)  lance un appel à la grève des stagiaires. Parce que les stages non rémunérés se retrouvent principalement dans les domaines traditionnellement “féminins”, cet appel s’inscrit dans le mouvement plus large de la grève des femmes initié à l’international par NiUnaMenos. Or, les stages ne représentent que la partie la plus visible du travail étudiant. S’inspirant des campagnes Du salaire au travail ménager et Wages for Students, la campagne pour la reconnaissance des études en tant que travail aspire à ancrer les luttes étudiantes dans les luttes féministes et ouvrières, organisées sur des bases autonomes et décentralisées. L’objectif de l’atelier est de faire connaître la campagne des CUTE en plus de permettre un espace d’échanges critiques sur l’éducation et sur le mouvement étudiant.

Animé par CUTE-UQAM. Les comités unitaires sur le travail étudiant (CUTE) proposent une forme d’organisation nouvelle axée sur la formation de comités indépendants des associations étudiantes et des regroupements nationaux et d’une coordination décentralisée. Avec la campagne pour la reconnaissance des études en tant que travail notamment par la rémunération des stages, les CUTE s’inscrivent dans un rapport critique avec les tendances corporatistes qui reproduisent la hiérarchisation entre les disciplines et les ordres d’enseignement.

—–

Quartier en guerre. Une histoire explosive des luttes pour le logement (ANG)

Samedi 27 mai, 13h à 14h45

CCGV, Salle #0,100 (Salle d’exposition)

Seth Tobocman présentera son travail, son livre et l’histoire des luttes new-yorkaises contre la gentrification dans le Lower East Side de Manhattan dans les années 1980 et 1990.

Seth Tobocman, squatteur dans le Lower East Side dans les années 1980, est le co-créateur de la revue World War III Illustrated. Il est l’auteur, entre autres, de You Don’t Have to Fuck People Over to Survive (AK Press), Disaster and Resistance (PM Press) et de Len. A Lawyer in History (AK Press). Son roman graphique Quartier en guerre raconte une décennie de luttes dans le Lower East Side de Manhattan, au cœur des années Reagan, par une succession de portraits où se croisent les vies tumultueuses d’immigrés, de sans-abri, de punks… des pauvres pour qui la solidarité et l’auto-organisation deviennent des armes.

—–

L’anarchisme, à quoi ça sert? (FR)

Samedi 27 mai, 15h à 16h45

CÉDA, Salle #119

L’atelier s’adresse aux personnes qui connaissent peu l’anarchisme et qui se questionnent sur son application actuelle. L’anarchisme, à quoi ça sert? Qu’est-ce qui distingue les principes anarchistes des principes communistes ou sociaux-démocrates? L’atelier présentera plusieurs exemples contemporains et diversifiés de projets partageant des principes anarchistes.

Co-animation par Roxanne et Thomas. On s’implique dans des projets et des groupes ayant des principes anarchistes depuis un bout de temps.

—–

Le chevauchement entre les politiques d’identité et l’anarchisme insurrectionnel (ANG)

Samedi 27 mai, 15h à 16h45

CÉDA, Salle #123

Les politiques d’identité, ou les concepts relatifs similaires qui existent sous la bannière de politiques antioppressives sont apparus comme une manière de comprendre le flux inégal de pouvoirs dans ce monde. Leur adoption large dans les milieux anticapitalistes a été généralement bien reçue par les personnes marginalisées. Quelques-unes des applications de ces politiques ont été moins bien reçues, conséquemment, des critiques des politiques d’identités font surface. Les facilitateur-trice-s de cet atelier sont souvent perplexes quant à comment ces critiques auront créé d’aussi larges divergences dans des espaces où il n’y devrait peut être pas en voir, ainsi qu’à la défense de comportements oppressifs/fucked up. Constatant des lacunes quant à la circulation de certaines idées pertinentes des deux côtés de cette division, cet atelier tente à ouvrir  un dialogue dans des coins plus reclus. Avec l’intention d’amener les meilleures idées vers l’avant, les facilitateur-trice-s ressentent le besoin de travailler contre le pression constante d’une pureté politique et de subculture cool. Alors que les facilitateur-trice-s s’appuient sur certaines théories et idées d’autres personnes, ceci se veut bien une conversation plus profonde sur la manière dont ces idées se manifestent au travers nos expériences vécues, sur notre lutte continuelle, et non un va-et-vient hyper-théorique. Ultimement, comment allons-nous vers l’avant de manière offensive contre ce mode tout en négociant les manières spécifiques dans lesquelles nous sommes démunis puis dotés de pouvoir? Comment faisons-nous pour être honnêtes d’où nous provenons pour mieux regarder le monde auquel nous faisons face.

Animé par Andrea et Dylan, deux anarchistes queer résidant-e-s à Montréal.

—–

Ce n’est qu’un début: La philo avec les enfants (FR)

Samedi 27 mai, 15h à 16h45

CÉDA, Salle #125

Ils s’appellent Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria ou Yanis, ils ont entre 3 ans et 4 ans quand ils commencent à discuter librement et tous ensemble de l’amour, la liberté, l’autorité, la différence, l’intelligence…

Présenté par le Montreal Childcare Collective.

—–

Réflexions et pratiques de luttes anti-gentrification (FR)

Samedi 27 mai, 15h à 16h45

CCGV, Room 1.100

La gentrification est un processus complexe dont les conséquences sociales sont multiples. Mais on en confond parfois les conséquences avec les causes. La sécurisation d’un territoire par la police ou l’urbaniste et sa mise en marché à l’aide de trend marketing en sont les expressions les plus apparentes. Comment est-ce que cela s’orchestre ? Et surtout, des foyers de résistance prennent racine dans la lutte contre ces transformations. Quelles leçons tirer des luttes dans d’autres villes, comment les appliquer à nos luttes locales, etc ? La sécurisation d’un territoire par la police ou l’urbaniste et sa mise en marché à l’aide de trend marketing sont les expressions les plus apparentes du processus de gentrification. Comment faire des liens entre les foyers de résistance qui naissent des luttes contre ce processus ? Quels moyens d’action déployer ? Bref, comment enrayer le processus gentrificateur ?

Animé par des membres de chlag.info, un comité de lutte anti-gentrification, basé  dans le quartier de Hochelaga.

—–

L’idée de communes dans les politiques radicales contemporaines (ANG)

Samedi 27 mai, 15h à 16h45

CCGV, Salle 2.100

Pourquoi les idées sur les communes sont-elles devenues si importantes dans les politiques radicales contemporaines? Quelles sont les principales perspectives féministes internationales developpées sur les communes aujourd’hui? Silvia Federici répondra a ses questions et plus avec des liens en référence aux formations de communes urbaines et rurales et leur reconstitution dans la vie de de tous les jours.

Animé par Silvia Federici. Silvia est une féministe, activiste, professeure et auteure de Caliban et la sorcière, Femmes, corps et accumulation primitive et Point zéro: propagation de la révolution. Salaire ménager, reproduction sociale, combat féministe. En 1972, elle fut une des co-fondatrices de l’International Feminist Collective, l’organisation qui a lancé la campagne internationale pour le salaire domestique. Dans les années 90, après une période d’enseignement et de recherche au Nigeria, elle a été impliquée dans le mouvement anti-globalisation et dans le mouvement contre la peine de mort aux état-unis. Elle est une des co-fondatrices du comité pour la liberté académique en Afrique, une organisation dédiée à générer du support pour les luttes des professeurEs et étudiantEs sud-africainEs contre les ajustements structurels de l’économie africaine et des systèmes éducatifs. De 1987 à 2005, elle enseigne les études internationales, les études féministes et la philosophie politique à l’université d’Hofstra, NY. À travers toutes ces années,elle écrit livres et essais sur la philosophie et les théories féministes, l’histoire des femmes, l’éducation et la culture et plus récemment, le mouvement mondial contre la globalisation du capitalisme et pour la reconstruction féministe des communes.

Ni Dieu ni maitre, ni peripheries : anarchisme global (ANG)
Dimanche le 28 mai, 11h à 12h45
CÉDA, Salle #119

L’anarchisme dans les endroits en dehors de l’Europe était-il un script importé et imité? Était-il en contradiction perpétuelle avec les autres courants de la gauche? Silvia et Raymond Craig reprendront ses réflexions sur les périphéries politiques et géographiques. Construites sur des récentes recherches qui mettent l’emphase sur les origines pluriels des pensées et pratiques anarchistes, elles refléteront les histoires et cultures des mouvements d’entraide anti-étatiques au siècle dernier derrière les frontières artificiellement cohérente de l’Europe.

Co-animé par Silvia Federici et Raymond Craib. Raymond enseigne au département d’histoire de l’université Cornell. Il est l’auteur de (non traduit en francais) Cartographic Mexico: A History of State Fixations and Fugitive Landscapes. Ses recents essais incluent « sedentary anarchists dans Bert Altena and Constance Bantman, eds., Reassessing the Transnational Turn: Scales of Analysis in Anarchist and Syndicalist Studies and “The Firecracker Poet: trois poèmes de José Domingo Gómez Rojas” (avec une traduction originale des poèmes de Gomez roja in New Letters: A Magazine of Writing & Art. Silvia est une féministe, activiste, professeure et auteure de Caliban et la sorcière, Femmes, corps et accumulation primitive et Point zéro: propagation de la révolution. Salaire ménager, reproduction sociale, combat féministe. En 1972, elle fut une des co-fondatrices de l’International Feminist Collective, l’organisation qui a lancé la campagne internationale pour le salaire domestique. Dans les années 90, après une période d’enseignement et de recherche au Nigeria, elle a été impliquée dans le mouvement anti-globalisation et dans le mouvement contre la peine de mort aux état-unis. Elle est une des co-fondatrices du comité pour la liberté académique en Afrique, une organisation dédiée à générer du support pour les luttes des professeurEs et étudiantEs sud-africainEs contre les ajustements structurels de l’économie africaine et des systèmes éducatifs. De 1987 à 2005, elle enseigne les études internationales, les études féministes et la philosophie politique à l’université d’Hofstra, NY. À travers toutes ces années,elle écrit livres et essais sur la philosophie et les théories féministes, l’histoire des femmes, l’éducation et la culture et plus récemment, le mouvement mondial contre la globalisation du capitalisme et pour la reconstruction féministe des communes.

—–

Construisons une cité sans frontières et une ville sanctuaire! (FR)
Dimanche le 28 mai, 11h à 12h45
CÉDA, Salle #125

Apprenez plus sur l’histoire des luttes des migrants et des migrantes à Montréal, et la campagne pour bâtir une Cité sans frontières. Cette présentation et atelier, ouvert à tous, est destiné à fournir un contexte et l’historique de la campagne pour une Cité sans frontières dans le cadre de l’organisation de Solidarité sans frontières. Nous encourageons la participation d’organisations, de groupes et d’individu.e.s intéressé.e.s à s’impliquer dans la campagne.Bâtir une Cité sans frontières, c’est bâtir une ville qui rejette un système qui engendre la pauvreté et l’angoisse, pas seulement pour les immigrant(es) et les réfugié(e) s, mais aussi pour des milliers d’autres Montréalais et Montréalaises qui font face à ces réalités.On nous propose la peur, la précarité et la division. Nous répliquons par la solidarité, l’entraide mutuelle et l’action directe.

Animé.e par Mylène et Jaggi, membres du comité Cité sans frontières de Solidarité sans frontières.

—–

Sérigraphie pour la révolution (FR)
Dimanche le 28 mai, 11h à 12h45
CCGV, Salle #SS 100

Venez apprendre l’impression d’image sur papier et tissu: apportez un shirt, un patch, votre veste en denim, votre agenda, du papier autocollant etc. et imprimez des images pour vous-mêmes ou les démos et actions à venir. Nous aurons un ensemble d’images prêtes! Toutes âges sont bienvenues !

Animé par Sidetracks, un collectif dont le mandat est de rendre la sérigraphie accessible aux projets et aux groupes qui travaillent pour le changement social, en particulier ceux qui se rattachent à l’antiracisme, anticapitalisme, et l’antifascisme, à l’auto-représentation, à l’expression de soi et à la libération queer.

—–

Anarchisme et organisation pour le logement (ANG)
Dimanche le 28 mai, 11h à 12h45
CCGV, Salle #2,100

Cet atelier sera une réflexion critique de nos tentatives courantes en tant qu’anarchistes à organiser un mouvement des locataires de masse à Hamilton, une ville éthniquement diversifiée qui fait face à une rapide gentrification et au déplacement de population. Nous soulèverons à travers la discussion les difficultés que nous aurons rencontrées: différences de langage/culturelles, la nature récupératrice des agences sociales modérées, les pour et les contres d’être ouvert à propos de la nature anarchiste de nos politiques ainsi qu’en tant qu’organisateurs. Ceci est une réflexion critique de nos tentatives courantes en tant qu’anarchistes à organiser un mouvement des locataires de masse à Hamilton, Ontario. Les membres du HTSN présenteront leurs arguments stratégiques pour l’organisation autour du logement et discuteront quelques défis qui s’y posent.

Animé par le Hamilton Tenants’ Solidarity Network (HTSN), un mouvement autogéré par et pour les locataires de Hamilton, Ontario.

—–

Anarchie 101 (ANG)
Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
CÉDA, Salle #119

L’anarchie, qu’est-ce que ça veut dire? Vous avez envie d’échanger au sujet des idées radicales qui ont inspiré et modelé des soulèvements et des luttes de libération partout à travers le monde? Dans cet atelier d’introduction, nous nous concentrerons sur la pertinence de l’anarchisme au quotidien plus que sur ses racines historiques. Nous échangerons aussi sur les idéaux tels que l’anti-autoritarisme, l’auto-représentation et les volontés révolutionnaires qui guident les anarchistes dans leurs actions, leurs pratiques d’entraide et de solidarité, et dans leur définition de la communauté et de la libération. Si tous ces termes vous semblent confus, ne soyez pas intimidés! Le tout sera expliqué le plus simplement possible et encré dans le contexte montréalais.

Animé par Dylan. Dylan est anarchiste genderqueer et habite à Montréal.

—–

Drogues dans le milieu anarchiste. Sortir du tabou et partager les connaissances (FR)
Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
CÉDA, Salle #123

Cet atelier/discussion portera sur la drogue dans le milieu anarchiste et aura pour but la recherche de solution lorsque des problèmes de drogue surviennent au sein d’un groupe. Comment protéger le groupe et venir en aide aux individus dans une optique anarchiste. Et si le temps le permet soulèvera des questions comme en finir avec la prohibition. Oui, mais comment? À la fin de l’atelier une courte séance d’information sur les surdoses et comment réagir pour sauver des vies sera donné.

Animé par Jérôme, un militant pour l’inclusion et les droits des usagées de drogue. dans un organisme communautaire ayant une approche par les pairs.

—–

Ils ne peuvent pas construire de murs: Confronter le mur frontalier Mexique – États-unis (ANG) Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
CÉDA, Salle #125

No Wall They Can Build, un livre à venir qui examine les frontières qui contrôlent le mouvement en Amérique du Nord. S’appuyant sur un dizaine d’années de travail de solidarité au désert entre le Mexique et l’Arizona, les auteur-e-s dévoilent les buts réels et le coût des politiques de frontières des États-Unis, qui en bénéficient réellement, et que faudra-t-il pour les adresser.

Cet atelier et discussion sera animé par Raúl Alcaraz Ochoa. Raúl est né à Jalisco, Mexique et a grandi à Richmond, Californie. Il a organisé autour de la justice éducationnelle, du pouvoir de la jeunesse, de la justice LGBTQ, l’incarcération de masse ainsi que les droits des migrant-e-s. Après voir complété ses études au Ethnic Studies Department à San Francisco State University en 2006, Raúl a déménagé à Tucson, Arizona où il a travaillé en tant qu’organisateur avec les familles migrantes, avec des travailleur-se-s temporaires et avec des personnes LGBTQ en détention en tant que demandeurs d’asile. Il réside présentement à Houston, Texas où il organise à un rapport de force avec les personnes directement ciblées par l’état policier et travaille vers “un monde où plusieurs mondes peuvent coexister”.

—–

Vers une insurrection queer (FR)
Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
CCGV, Room #1,100

Nous présentons cette année un atelier visant à explorer comment les tendances insurrectionnalistes en soi-disant Amérique du nord se distinguent de ces mêmes tendances en Europe. Nous souhaitons orienter une conversation autour de l’influence des luttes et pensées queer à Montréal et ailleurs par rapport aux pratiques insurrectionnalistes.

Animé par Charlie et Jordan, deux anarchistes cherchant des moments de renversement et des possibilités d’expérimentation dans les luttes actuelles à Montréal.

—–

Surmonter l’agression, l’utilisation et l’abus dans les communautés anarchistes (ANG)
Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
CCGV, Salle #2,100

Cet atelier traite de la culture de l’abus et de l’utilisation dans les communautés anarchiques et théorise des stratégies pour les combattre. Plus particulièrement, l’atelier mettra l’accent sur la manière dont les corps considérés comme consommables: noires, indigènes, d’origines raciales mixtes, les femmes et les fem, les personnes pauvres, handicapé.e.s, trans et non conformistes, sont souvent éliminé.e.s dans les communautés anarchistes et/ou considéré.e.s dangereux/euse. Cet atelier examinera comment le langage, le statut social et des perceptions différentes des actions altère la justice sociale effectives dans les communautés anarchistes. Par exemple, la forte probabilité que les personnes noires soient perçues comme prédatrices ou dangereuses informe la justice sociale dans des groupes anarchiques. Cet atelier cherche à initier la guérison autour de ces expériences, en mettant l’accent sur les expériences de celles/ceux blessé.e.s dans les communautés anarchistes.

Animée par Raissa Simone, une artiste multidisciplinaire aujourd’hui basée à Montréal, QC. Son travail s’articule autour du traitement des traumatismes, de l’art comme moyen d”intervention et de la théorie centrée sur les personnes noires (Black-centric).

—–

LiveArt: Au moins il nous reste le doigt d’vote (FR)
Dimanche 28 mai, 13h à 14h45
dehors, près le CCGV

La création/peinture d’une grande bannière (8′ large x 12′ haut) dans le parc. Venez aider David Widgington à le peinturer!

—–

Stratégies anarchistes pour fermer les sables bitumineux (ANG)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
CÉDA, Salle #119 (ANG)

Pendant nombre d’années, des anarchistes ont lutté aux côtés de rebelles Autochtones pour fermer les Sables Bitumnieux d’Athabasca. Le mouvement continue à gagner de plus en plus de momentum, et il semble maintenant plausible que l’effort des militant-e-s puissent se traduire en un arrêt des activités commerciales de cette industrie. Cet atelier servira d’espace pour partager analyses et réflexions sur les stratégies pour le mouvement.

Animé par Rebel! Rebuild! Rewild!

—–

Handicap et anarchie / Handicap dans l’anarchie (ANG)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
CÉDA, Salle #123

Cet atelier portera sur les handicaps et l’anarchie, ainsi que les handicaps dans l’anarchie. Cet atelier portera sur les interactions et les intersections entre anarchie et handicap, et les expériences de personnes handicapées dans l’anarchisme/ et d’anarchistes handicapées. Cet atelier montrera aussi les attitudes paternalistes par rapports aux handicaps et personnes handicapées qui peuvent exister dans les communautés anarchistes, Par exemple, l’équation apparemment automatique entre accessible et moins conflictuel.

Animé.e par Noah E: “J’ai fait beaucoup d’ateliers et je suis frustré.e de la sous-evaluation du travail de support dans les communautés anarchistes , je hais les états et j’aime vraiment beaucoup les pigeons.”

—–

Trouble #3: “Bienvenue aux réfugiés” (ANG)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
CÉDA, Salle #125

La salle sous le thème de Solidarité sans frontières au Salon du livre anarchiste présentera la première du film documentaire *Bienvenue aux réfugiés* de Sub.Media. Cette édition mettra le focus sur 3 champs de bataille de la migration: La frontière entre le Mexique et les États-Unis, la frontière entre les États-Unis et le Canada et l’Europe forteresse. Le documentaire nous fait entendre la voix des migrants et de leurs partisans. Des États-Unis, nous parlons avec des activistes du groupe “No more deaths”; au Canada nous parlons avec des activistes de Solidarité sans frontières et un réfugié palestinien; De l’Europe, nous entendrons des anarchistes qui ouvrent des squats pour les migrants aux pays-bas et en Grèce, des réfugiés de l’Iran et du Sierra Leone. Le film sera suivi d’une discussion collective.

Trouble est une nouvelle émission qui offre une analyse anarchiste en profondeur des luttes du présent, de tactiques et de dynamique de mouvements. Trouble diffuse des *témoignages de première ligne*, des perspectives d’organisteurs et d’organisatrices sur le terrain, avec l’intention de percer le brouillard de désinformation qui souvent obscure notre compréhension du monde et de provoquer les gens à prendre des actions collectives audacieuses.

—–

Subvertir politique, culture et économie: le cas du Centre social autogéré et du Bâtiment 7 à Pointe-Saint-Charles (FR)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
CCGV, Room #1,100

À Pointe-Saint-Charles, quartier ouvrier menacé d’embourgeoisement, une coalition de libertaires, de groupes communautaires et d’artistes a mené une chaude lutte qui s’est soldée par “l’expropriation” d’un promoteur capitaliste – du Bâtiment 7 et d’un million de $ – afin d’y faire vivre des initiatives économiques autogérées. Après avoir pris connaissance des pratiques politiques, culturelles et économiques subversives à l’œuvre, les participant.es seront invité.es à réfléchir collectivement au (re)cadrage des enjeux/concepts qui sont sujet de débat dans le milieu anarchiste : économie et le capitalisme, révolution et organisation.

Présentée par Anna Kruzynski, organisatrice anarchiste et chercheure-engagée, habite à Tio’tia :ke (Montréal).

——-

Gestion des violences sexistes et sexuelles en milieux anarchistes : comment penser une justice qui participe à l’abolition des systèmes et structures d’oppressions? (FR)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
CCGV, Salle #2,100

La justice transformatrice prend racine dans les valeurs et les processus de résolution de conflit des communautés autochtones et des communautés de féministes racisées abolitionnistes (des prisons) et LGBTQI+ particulièrement aux États-Unis. Se posant en opposition au système judiciaire et carcéral de l’État, cette approche vise une transformation des structures et des schèmes de pensées des différentes matrices de domination. Avec cet atelier, il est proposer de réfléchir l’utilisation des principes de la justice transformatrice dans nos milieux au travers de plusieurs questionnements : quels sont les possibles qu’ouvre cette pratique pour penser les violences sexistes et sexuelles dans nos milieux, mais aussi pour penser la mise en pratique des valeurs et idéaux anarchistes dans notre militantisme et nos milieux de vie? Comment adapter cette idée dans des milieux de vie et de militances qui ne sont pas toujours des communautés? Et quelles sont les limites de cette justice alternative dans nos milieux? L’atelier a aussi comme objectif d’ouvrir un espace de discussions pour partager et mettre en perspective différentes expériences.

Animée par Laurence et Geneviève, militantes féministes.

——-

Autodéfense pour femmes, personnes trans* et personnes non-conformantes aux genres (ANG)
Dimanche 28 mai, 15h à 16h45
dehors, près le CCGV

Débutant par une discussion autour des barrières auxquels on peut faire face lorsque l’on cherche à apprendre des habiletés d’autodéfense, cet atelier est largement une opportunité pour pratiquer des techniques d’autodéfense au sein d’un environnement familier avec les traumatismes. J’invite les personnes qui: n’ont jamais pratiquées des techniques de combat dans le contexte d’un cours ou atelier; ont des histoires se liant aux traumatismes pouvant les restreindre à vouloir pratiquer des techniques de combat; se sentent repoussées des gyms d’arts martiaux dû à la culture “bro-dude” associée à ces espaces; souhaiteraient affiner leur a habiletés à se défendre soi-même, et autrui contre les attaques ou aggressions.

Facilité par Schroder, femme combattante de cage en provenance de North Carolina.

Les commentaires sont fermés.

Accueil » Nouvelles, Posts

Libraires, distributeurs, groupes politiques

Déposé par dans May 25, 2017 – 1:30 amPas de commentaire

Bookfair11tabling2(Il y aura des tables d’exposition où se trouvent les tables des libraires, des distributeurs, des journaux indépendants et des groupes politiques de partout à Montréal, du Québec, de l’Amérique du Nord et de l’étranger.

Les kiosques auront lieu durant DEUX JOURNÉES : samedi le 27 mai et dimanche le 27 mai, entre 10h et 17h.

Une partie des tables sera au Centre culturel Georges-Vanier (CCGV) à 2450 rue Workman et une autre au CÉDA à 2515 rue Delisle.)

De MONTRÉAL:

  • AQPSUD / L’Injecteur
  • Art Nomade et La Galerie ambulante Art Nomade
  • Assignée garçon/ Assigned Male
  • astropuke
  • Les Bêtes d’hier
  • Black Banner Distro
  • Black Rose Books
  • CASSE (Collectif Anarchiste de Sérigraphie Sociale Entarteur-trice)
  • CHLAG.INFO
  • Cinema Politica
  • CKUT Radio
  • Clementine Morrigan.
  • Collectif d’édition Sabotart
  • Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP)
  • Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
  • The Common Thread/Le fil commun (Rosemont)
  • Concordia Community Solidarity Co-op Bookstore
  • Convergence des luttes anticapitalistes
  • La Déferle
  • Denouement Distro
  • Les dérailleuses
  • DIRA – bibliothèque anarchiste
  • Dure Réalité
  • Les Éditions L’Antécrise (Hochelaga)
  • Éditions de la rue Dorion
  • Éditions Écosociété
  • Les éditions du remue-ménage
  • L’Euguélionne, librairie féministe
  • Even the Dust
  • Femme Crimes Distro
  • La Flèche rouge : Librairie et atelier de quartier (Hochelaga)
  • Freda Guttman Activist Art
  • La Fronde
  • gender w(o/a)rriors, “montréal”
  • Les Gourgandines
  • La Honda
  • Jeune Garde Montréal
  • Kersplebedeb
  • Librairie Anarchiste L’Insoumise
  • Librairie Racines (Montréal-Nord)
  • Lux Éditeur
  • La Mandragore Bibliothèque féministe queer
  • La Mauvaise Herbe, Basses-terres du St-Laurent
  • Metonymy Press
  • Millefolium Distro
  • Montréal Sisterhood
  • Moult Éditions
  • Ni Québec, ni Canada : collectif anticolonialiste
  • Norman Nawrocki
  • Océan Elfique
  • PaleZine
  • Paper Dog Press
  • Plastic Press
  • Possibles Éditions
  • Prisoner Correspondence Project
  • Projet Accompagnement Solidarité Colombie
  • QPIRG Concordia / GRIP Concordia
  • Queer Between the Covers/Queer entre les couvertures
  • Red and Anarchist SkinHeads (RASH)
  • Resist Trump and the Far-Right Network
  • Sarah Mangle
  • Sidetracks
  • La Sociale, collectif de diffusion libertaire
  • Solidarité sans frontières / Solidarity Across Borders
  • sub.media
  • Su J Sokol
  • Syndicat Industriel des Travailleurs et Travailleuses – IWW Montréal
  • Team Babe
  • underHill Distro
  • underthepavement distro
  • Wild Heart
  • Zola + friends

De l’extérieur de Montréal:

  • A-Revolt Digital Anarchy Collective (worldwide)
  • Ad Astra Comix (Eastern Ontario, Algonquin territory)
  • AK Press (Chico, California; Baltimore, Maryland)
  • Ankle Bone Books (Ottawa, Ontario)
  • Beehive Design Collective (Machias, Maine)
  • Blue Heron Books & Zines @ AKA Autonomous Social Centre (Kingston, Ontario)
  • Burlesk’Art (Sainte-Agathe-des-Monts)
  • Changing Suns Press (Regina, Saskatchewan)
  • Collectif Le Récif – Rivière-Trois-Pistoles
  • Contagion Press (Seattle)
  • Éditions Agone (Marseille, France)
  • Éditions Anacharsis (France)
  • Éditions CMDE (France)
  • Éditions Nada (France)
  • End The Prison-Industrial Complex (Kingston, Ontario)
  • epidemic clothing (Kingston, Ontario)
  • Friendship as a Form of Life (Santa Cruz, California)
  • Great Worm Express Distro (Toronto)
  • Imaging Apartheid (Toronto/Montreal)
  • Industrial Workers of the World (Ottawa/Outaouais)
  • Justseeds Artists’ Cooperative (Canada/U.S./Mexico)
  • MakeTotalDistro (Ontario)
  • Notes From Underground (Toronto, Ontario)
  • PM Press (Oakland, California)
  • The Tower InPrint (Hamilton, Ontario)
  • Women’s Coordinating Committee For a Free Wallmapu (Toronto)