Accueil » Ateliers 2012

Ateliers 2012

Le Salon du livre anarchiste inclut tant des introductions à l’anarchisme que des ateliers d’approfondissement (samedi le 19 mai ET dimanche le 20 mai). Cette année, le Salon aura deux salles thématiques : La salle des médias autonomes et la Salle des Parents et Enfants.

Pour plus d’information sur la Salle des médias autonomes, cliquez ICI.
Pour plus d’information sur la Salle des Parents et Enfants, cliquez ICI.

Plus d’information ci-dessous à propos des ateliers du Salon du livre anarchiste de Montréal. Les ateliers ont lieu dans trois salles au Centre Culturel Georges-Vanier et salle 123 au CEDA. Les deux bâtiments sont en face de l’autre, et toutes les salles d’ateliers sont accessibles en fauteuil roulant.

Chaque atelier a lieu en français, en anglais ou bilingue et est accompagné de traduction chuchotée vers l’anglais ou le français.

De même, lorsque pertinent, nous avons indiqué si ces ateliers ont été conçus par les animateurs et animatrices comme étant « pour tous âges ».

ATELIERS AU SALON DU LIVRE ANARCHISTE DE MONTRÉAL

HORAIRE EN BREF

SAMEDI 19 MAI

Salle 2.100 — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: Luttes étudiantes, luttes libertaires? Une table-ronde sur la grève étudiante au Salon du livre anarchiste de Montréal (fr.)
  • 13h: (INTRODUCTION) Occupons l’anarchisme (en.)
  • 15h: S’organiser en tant qu’anarchistes et personnes de couleur/autochtones (bil.)

Salle 1.000 — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: Pratiques libertaires et luttes anti-impérialistes (fr.)
  • 13h: (Re)vivre dans la nuit – atelier de réflexion autour d’une marche nocturne (fr.; pour tous âges)
  • 15h: Atelier anti-colonial sur l’histoire du Québec dans le contexte de la lutte contre le Plan Nord (fr.; pour tous âges)

Salle 0.100 (rez-de-chaussée) — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: La lute des autochtones Mapuche et leurs alliés anarchistes: criminalisation, prisons politiques et résistance (au soi-disant Chili) (en.)
  • 13h: Les Anarchistes français et la Révolution de libération nationale algérienne : la rupture et sa pertinence aujourd’hui (en.)
  • 15h: Les contradictions du communisme et de l’autonomie: une étude de cas du « Sojourner Truth Organization » (en.)

Salle 123 — CEDA (2515 rue Delisle)

  • 11h: Alternatives anarchistes en actes: Université populaire, AMAP, etc. L’autogestion au quotidien (fr.)
  • 13h: (INTRODUCTION) Découvrir l’anarchisme par la chanson (fr.)
  • 15h: (INTRODUCTION) Anti-autoritaire 101: démystifier l’anarchisme contemporain au Québec (fr.)

Salle 202 — CEDA (2515 rue Delisle)

  • 12h: Réunion du Bloc des auteurEs anarchistes (bil.) (Cette discussion d’une durée d’une heure est prévue dans une salle non-accessible aux fauteuils roulants mais pourra être déplacée afin d’y permettre l’accès aux fauteuils roulants.)

DIMANCHE 20 MAI

Salle 0.100 (rez-de-chaussée) — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: Le Bien commun, pas le capitalisme: Cultiver l’idée Occupy (en.)
  • 13h: L’anarchisme sans anarchistes / L’anarchisme avec des anarchistes : la pratique et la pertinence de l’anarchisme (en.)
  • 15h: Parlons leadership: Approches antiautoritaires de prise d’initiative et de développement des capacités (en.)

Salle 1.000 — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: Anarchistes yiddish, flics salauds et pirates queers: construisons des histoires collectives de la lutte anarchiste à Montréal (fr)
  • 13h: L’extrême droite au Québec, comment combattre l’antithèse de l’anarchisme? (fr)
  • 15h: L’importance de la critique et de la curiosité dans le développement du mouvement anarchiste (fr.; pour tous âges)

Salle SS-110 (sous-sol) — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)

  • 11h: Création de bandes dessinées féministes anarchistes (fr. & en.)
  • 13h: Homos pour l’abolition des prisons: Bâtir un mouvement solidaire avec des détenues Queer et Trans (en.)
  • 15h: Parole sans parole: La prequel : les vautours (en; pour tous âges)

Salle 123 — CEDA (2515 rue Delisle)

  • 11h: La sécurité pour les anarchistes (fr; pour tous âges)
  • 13h: (INTRODUCTION) Black Flame: une introduction à l’anarchisme de masse (fr; pour tous âges)
  • 15h: Écrire et écrier sa révolte (fr; pour tous âges)

DESCRIPTIONS DÉTAILLÉ

[Note: Les traductions françaises des descriptions d'ateliers en anglais sera disponible bientôt; il y aura traduction chuchotée vers le français pour chaque atelier en anglais.]

Luttes étudiantes, luttes libertaires? Une table-ronde sur la grève étudiante au Salon du livre anarchiste de Montréal (fr.)
Samedi 19 mai, Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45 –Salle 2.100

Une discussion avec des invitéEs impliquéEs dans la lutte étudiante actuelle et s’identifiant à différentes tendances de l’anarchisme. Questions thématiques: Quel a été, et est encore aujourd’hui, le rôle des anarchistes dans l’organisation de la grève? Quelle est la place des perturbations économiques dans la construction d’un rapport de force efficace? Quelle est la stratégie utilisée par les médias de masse et l’État en distinguant les anarchistes des étudiants? La CLASSE se fait-elle prendre au jeu de la conciliation en acceptant de condamner la violence? La CLASSE témoigne-t-elle d’une réelle démocratie directe? Quels sont les dangers associés aux négociations en cours? Le syndicalisme de combat cède-t-il tranquillement la place à une bureaucratie concertationniste? Comment concilier la lutte contre la hausse des frais de scolarité avec une vision libertaire de l’éducation? A-t-on négligé d’élaborer une réflexion sur son contenu au profit d’une critique de l’accessibilité?

Avec: Eva-Loan Ponton-Pham, Camille Robert, Dominique Bordeleau, Pierre-Luc Junet, Alan Gilbert, David Clément, Janie Durand, Maxence L. Valade, et autres. Animée par Anna Kruzynski

Occupons l’anarchisme (ANG) – Introduction à l’anarchisme
Samedi 19 mai, Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45 –Salle 2.100

Tel que le démontrent les mouvements de résistance autogérés qui ont balayé la planète de l’Égypte à l’Amérique du Nord, l’organisation autonome est non seulement efficace pour la résistance mais peut aussi servir de base potentielle pour un nouveau monde en commun. Les pratiques éthiques que soutiennent les anarchistes deviennent des expériences quotidiennes formatrices, de l’autogestion aux assemblées générales, en passant par  la récupération des «déchets». À travers la lentille «occupons», nous explorerons l’idéal anarchiste d’une société libre constituée d’individus libres.

Cindy Milstein, impliquée depuis longtemps dans des espaces anarchistes, des projets d’éducation populaire et des efforts d’organisation anti-capitaliste, est une membre du collectif  «Institute for Anarchist Studies», une participante active dans le mouvement Occupons Philly, et l’auteure des livres Anarchism and Its Aspirations (AK Press, 2010) et Paths toward Utopia (co-écrit avec Erik Ruin, PM Press), qui sera publié sous peu.

S’organiser en tant qu’anarchistes et personnes de couleur/autochtones (BIL)
Samedi 19 mai– Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
15h-16h45—Salle 2.100 – pour tous âges

Cet atelier consistera en une discussion entre anarchistes de couleurs et autochtones pour tenter de cerner l’anarchisme dans nos expériences vécues. Par cette discussion, nous tenterons de répondre à des questions pertinentes telles que «Pourquoi nous identifions nous en tant qu’anarchistes?» et «Comment pourrions-nous bâtir une solidarité entre nous?»  Pour les besoins de la cause, cet atelier est un espace réservé aux participantEs s’identifiant en tant que personne de couleur ou autochtone.

Le « No One Is Illegal Anarchist People of Colour and Indigenous Peoples’ Caucus Crew» est un sous-groupe de NOII Montréal.

Pratiques libertaires et luttes anti-impérialistes (FR)
Samedi 19 mai – Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45  — Salle 1.000 – pour tous âges

Atelier de réflexion sur les pratiques libertaires et les lutes anti-impérialistes donné par des membres du PASC (Projet d’accompagnement solidarité Colombie). À partir d’exemples tirés des expériences de solidarité en Colombie, nous discuterons de différentes pistes d’action et de façons de dénoncer l’État et les compagnies Canadiennes en tant qu’acteurs d’un système colonial qui génère et repose sur la guerre.

Animé par PASC – Projet d’accompagnement solidarité Colombie

(Re)vivre dans la nuit – atelier de réflexion autour d’une marche nocturne (FR)
Samedi 19 mai – Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45  — Salle 1.000 – pour tous âges

Après une première expérience de marche nocturne lors de la journée internationale des femmes, (RE)VIVRE DANS LA NUIT souhaite récidiver cet été. L’atelier se veut un brassage d’idées afin d’étoffer les prises de positions qui sous-tendront cette deuxième édition. Nous cherchons tout particulièrement à créer un espace de réflexion sur la façon dont les différents systèmes d’oppressio (hétéropatriarcat, sexisme, homophobie, transphobie, putophobie, racisme, colonialisme, capitalisme) créent et perpétuent des violences dans la rue, la nuit.

(RE)VIVRE DANS LA NUIT est un collectif féministe, queer et noctambule.

Atelier anti-colonial sur l’histoire du Québec dans le contexte de la lutte contre le Plan Nord (FR)
Samedi 19 mai – Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
15h-16h45 — Salle 1.000 – pour tous âges

Le Québec est une partie de l’État du Canada. Depuis des décennies, un movement indépendantiste au Québec a prétendu lutter contre l’oppression coloniale du Canada. Bien que le Canada soit bel et bien cet État colonial, le Québec s’est aussi construit en tant qu’État colonial dans l’oppression des autochtones. La bataille des Québécois contre la colonisation a été perçue par certainEs comme une lutte de libération. Mais une lecture anti-coloniale de l’histoire du Québec permet d’appréhender que les colonialismes anglais et français y sont fondateurs et que c’est encore dans ce contexte que nos batailles s’inscrivent.  Cet atelier multimédia permettra de déconstruire nos points de vue en tant que participantEs de cette colonisation et d’appréhender l’importance du mouvement de décolonisation dans nos luttes anarchistes contre la domination en général. Cette bataille fondamentale devient encore plus cruciale de nos jours dans l’organisationde notre opposition au Plan Nord.

Animé par Christian, un anarchiste impliqué dans différentes luttes anti-capitalistes, anti-coloniales et anti-patriarcales. Il fut et est impliqué dans l’organisation de plusieurs mouvements sociaux. Il est aussi producteur à CKUT.

La lutte des autochtones Mapuche et leurs alliés anarchistes: criminalisation, prisons politiques et résistance (au soi-disant Chili) (ANG)
Samedi 19 mai– Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45–Salle 0.100 (plancher principal)

Un atelier explorant la récente répression issue du présent gouvernement Pinera par la criminalisation du mouvement souverain des autochtones Mapuche, incluant la militarisation des communautés en résistance et les mouvements anarchistes. L’application de la Loi Anti-terroriste de Pinochet et de la loi interdisant le port du masque contre des prisonniers politiques Mapuche et dans le cas de Luciano Pitronello, entre autres, seront abordés. Les courts-métrages Johnny Cariqueo : The Permanent Riot

(traitant du cas de l’anarchiste Mapuche abattu par la police en mars 2008 et du mouvement anarchiste insurrectionnel) et The Rebirth of Lemun (traitant du cas du combattant Mapuche de 17 ans abattu par la police en 2002) en espagnol avec sous-titres anglais seront présentés.

Le «Women’s Coordinating Committee for a Free Wallmapu» de Toroto est une organisation autochtone Mapuche visant à établir des liens entre les luttes autochtones, anti-capitalistes, anti-colonialistes et communautaires en créant une visibilité à l’aide d’événements, de manifestations, de publications, etc.

Les Anarchistes français et la Révolution de libération nationale algérienne : la rupture et sa pertinence aujourd’hui (EN)

Samedi 19 mai– Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45 – Salle 0.100 (plancher principal)

La question de supporter ou de travailler avec des mouvements de libération nationale est un débat qui divise encore les anarchistes aujourd’hui. Le mouvement anarchiste français a supporté et combattu au cœur de la violente lutte d’indépendance algérienne (1954-1962) en élaborant une grande variété de positions. Au sein du mouvement anarchiste, cette variété a ultimement provoqué des points vue diversifiés quant au nationalisme, à la révolution, à la violence, à la libération et aux collaborations politiques avec des forces étatiques. Les différentes orientations de ces questions sont encore sujets de discussion dans le mouvement anarchiste contemporain.

Présenté par David Porter et Sandy. David Porter est l’auteur d’un nouveau livre sur les anarchistes français et l’Algérie. Sandy est une anarchiste montréalaise qui participe activement à différents projets.

 

Les contradictions du communisme et de l’autonomie: une étude de cas du « Sojourner Truth Organization » (EN)

15h-16h45— Salle 0.100 (plancher principal) – pour tous âges

Le Sojourner Truth Organization (STO) était un groupe de Léninistes non-orthodoxes, actif lors des années 1970 et 80. En s’engageant  dans l’organisation d’usines et dans la lutte anti-fasciste, ils ont su accorder théorie et pratique, puis développer de complexes théories au sujet de la conscience des classes et des privilèges octroyés à l’homme blanc. Michael Staudenmaier fera une lecture de passages de son nouveau livre, Truth and Revolution:  A History of the Sojourner Truth Organization (1969-1986 (AK Press)) et discutera des contradictions entre le communisme et l’autonomie. La discussion sera enrichie par les expériences du STO.

Michael Staudenmaier est un anarchiste de Chicago, ainsi qu’un mari et un père de deux jeunes enfants. Après plusieurs années comme historien indépendant, il complète sa première année comme étudiant en cycle supérieur du Département d’histoire à l’Université d’Illonois à Urbana/Champaign. Il est l’auteur de Truth and Revolution:  A History of the Sojourner Truth Organization (1969-1986 (AK Press, 2012)).

Alternatives en actes: Université populaire,  Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (FR)
Samedi 19 mai – CEDA (2515 rue Delisle)
11h-12h45 — Salle 123

Les alternatives ne manquent pas. Les anarchistes doivent bien évidemment s’investir dans ces alternatives mais souvent le cadre politique existant ne permet pas l’appropriation de pratiques libertaires par le plus grand nombre. C’est pourquoi il est important que les anarchistes en soient également les intiateurs car beaucoup d’aspects du fonctionnement à venir se jouent lors de la création. Nous illustrerons cela notamment au travers d’expériences que nous avons pu mettre en oeuvre à un niveau local : Université populaire, AMAP, etc…”

L’atelier sera animé par des membres de la Fédération Anarchiste française.

Découvrir l’anarchisme par la chanson (FR) – Introduction à l’anarchisme
Samedi 19 mai – CEDA (2515 rue Delisle)
13h-14h45 — Salle 123

Cet atelier est destiné à des personnes curieuses mais pas nécessairement très familières avec l’anarchisme. L’objectif est d’utiliser des chansons d’expression française pour faire découvrir l’origine, des idées centrales et des mouvements et figures historiques de ce courant politique.

Animé par Philippe Morin, membre du Collectif du Salon du livre anarchiste.

Anti-autoritaire 101: démystifier l’anarchisme contemporain au Québec (FR) – Introduction à l’anarchisme
Samedi 19 mai – CEDA (2515 rue Delisle)
15h-16h45 — Salle 123

Anarchiste, anti-capitaliste, féministe, queer, anti-colonial, anti-raciste: ces termes vous sont familiers mais vous souhaitez approfondir votre connaissance de ce à quoi ils réfèrent? Le Collectif de recherche sur l’autonomie collective vous propose un atelier de découverte de la mouvance anti-autoritaire contemporaine au Québec. L’atelier permettra de mieux comprendre les enjeux, les stratégies d’action et les façons de s’organiser des groupes et réseaux  militant pour la justice sociale selon une perspective anti-autoritaire.

Animé par le CRAC. Composé de militant.es (pro)féministes du milieu anti-autoritaire, le Collectif de recherche sur l’autonomie (CRAC) collective vise à documenter les initiatives de son propre mouvement, en particulier la ré-émergence d’une mouvance anti-autoritaire vers le tournant des années 2000 au Québec, et son évolution au cours de la dernière décennie.

Réunion du Bloc des auteurEs anarchistes (BIL)
Samedi, 19 mai– CEDA (2515 rue Delisle)
12h – 13h— Salle 202

Une opportunité pour les auteurEs participant au Salon du livre de se rencontrer et de discuter. Les participantEs pourront présenter leur œuvre écrite, échanger leurs courriels et envisager des collaborations possibles, tant au niveau local qu’international.

(Cette discussion d’une durée d’une heure est prévue dans une salle non-accessible aux fauteuils roulants mais pourra être déplacée afin d’y permettre l’accès aux fauteuils roulants.)

Le Bien commun, pas le capitalisme: Cultiver l’idée Occupy (EN)

Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45 – Salle 0.100 (rez-de-chaussée)

Tandis-que les occupations « do it yourself » parcourent le globe, la démocratie directe et la coopération deviennent de puissantes expériences pour des millions de personnes. Cette expérience fascinante et originale qui frôle parfois la désorganisation a ouvert une brèche dans l’histoire. Dans un monde de projets et de réalisations collectifs, elle laisse désormais la chance aux soulèvements populaires de s’étendre. Cette discussion portera sur les promesses et sur les difficultés rencontrées par le mouvement Occupy.

Cindy Milstein, impliquée dans des projets anarchistes pendant de longues années, (éducation populaire, organisations anticapitalistes), est une membre du collectif Institute of Anarchist Studies, une participante active d’Occupy Philly, et auteure de Anarchism and Its Aspirations (AK Press, 2010) et Paths toward Utopia (coauteure avec Erik Ruin, PM Press, 2012)

L’anarchisme sans anarchistes / L’anarchisme avec des anarchistes : la pratique et la pertinence de l’anarchisme (ang.)

Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45 – Salle 0.100 (rez-de-chaussée)

Cet atelier soulignera les principes de base de l’anarchisme, à partir de ses origines historiques aux inspirations et antécédents de différentes cultures et mouvements. Du travail de solidarité avec des prisonniers, migrants et victimes de la brutalité policière, en passant par les insurrections et soulèvement inspirants ayant eu lieu un peu partout à travers le globe, nous explorerons la pratique tangible des valeurs anarchistes que sont l’auto-organisation, l’aide mutuelle, la solidarité et l’action autonome. Nous examinerons des exemples significatifs d’auto-organisation et de résistance de la Kabylie aux territoires Mapuches et au Chiapas et à la Confédération Iroquoise, incluant des exemples locaux de Montréal. Que ce soit grâce à l’anarchisme exercé par des personnes s’identifiant comme anarchistes ou « l’anarchisme sans anarchistes » qui pratique les valeurs de l’anarchisme sur une base quotidienne, cet atelier entend fournir un portrait de base des idées et de la pratique anarchiste, et de la lutte sans compromis contre le capitalisme, l’État et toutes les formes d’oppression.

Animé par Jaggi Singh. Jaggi est un organisateur avec Personne n’est Illégal, Solidarité sans Frontières et la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) ainsi qu’un membre du Collectif du Salon du livre anarchiste de Montréal.

Parlons leadership: Approches antiautoritaires de prise d’initiative et de développement des capacités (EN)

Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
15h-15h45 – Salle 0.100 (rez-de-chaussée)

Le leadership est l’une des grandes questions non résolues de l’anarchisme. Étantantiautoritaires, nous formulons d’importantes critiques du leadership hiérarchique conventionnel. Toutefois, notre rejet du leadership – ou notre silence – a créé des problèmes significatifs quant à l’organisation, particulièrement en ce qui concerne nos responsabilités et le développement de nos capacités organisationnelles. Cet atelier sera un espace pour parler de ces dilemmes et pour explorer de nouvelles approches dont les organisateurs antiautoritaires font usage afin de comprendre, promulguer et bâtir le leadership.

Chris Dixon est un organisateur, écrivain, éducateur et anarchiste de longue date qui habite Sudbury (Ontario), en Territoire Atikameksheng Anishawbek. Il siège sur le conseil d’admistration de l’Institute for Anarchist Studies et actif au sein du Sudbury Coalition Against Poverty.

Anarchistes yiddish, flics salauds et pirates queers: construisons des histoires collectives de la lutte anarchiste à Montréal (FR)
Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45 – Salle 1.000

Il fut souvent dit que l’histoire a été écrite par les vainqueurs. Mais fuck that! Nous écrivons notre propre histoire, tous les jours. Dans cet atelier, nous aborderons l’histoire anarchiste comme certains moments particuliers où les opprimés se soulevèrent par les actions directes dans le but d’amélioration de leurs propres vies et leurs communautés.  En première partie de l’atelier, le conférencier présentera quelques «moments d’ancrage » spécifiques de l’histoire anarchiste à Montréal, autour desquels il nous est possible de construire une base afin d’élaborer nos propres histoires. Dans la seconde partie, les participants seront invites à partager leurs idées, moments et héros, faisant partie de leur histoire anarchiste à eux. Finalement, une histoire anarchiste est incomplète sans future anarchiste. En partant de nos histoires collectives, nous discuterons d’où nous pourrions aller dans les années et générations à venir. L’animateur de l’atelier demande que chaque participantE ammène un morceau de l’histoire radicale montréalaise à partager avec tout le monde, ou une question sur le même sujet. L’atelier incluera une partie pratique où nous allons construire notre propre chronologie de l’histoire anarchiste.

Atelier présenté par Aaron Lakoff. Aaron a fait des recherches et organize des randonnées piétonnes dans la ville portant sur l’histoire anarchiste Montréalaise au cours des trois dernières années. Et surtout, il est obsédé par l’histoire anarchiste juive et les bagels.

L’extrême droite au Québec, comment  ombattre l’antithèse de l’anarchisme? (FR)
Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45 – Salle 1.000

Les groupes d’extrême droite ont beaucoup fait jaser cette année au Québec. Cette atelier constitue un portrait actuel de l’ensemble de l’extrême droite au Québec en partant des populistes grand public (Radio poubelles, Réseau Liberté Québec) j’usqu’aux groupuscules néo-nazis qui sont actifs dans la province. Une brève présentation de différentes actions récentes de résistance à cette droite viendra clore l’atelier avant de laisser place à une discussion sur la stratégie à adopter face à l’extrême droite.

L’atelier sera animé par Justin Duval, Militant anarchiste impliqué au sein de RASH-Montréal.

L’importance de la critique et de la curiosité dans le développement du mouvement anarchiste (FR)
Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
15h-16h45pm — Salle 1.000 – pour tous âges

L’anarchisme a plusieurs visages souvent peu définis et mal compris pour les personnes s’intéressant à l’anarchisme comme pour les anarchistes elleux-mêmes. Entre contradictions, cohérences et spéculations, on s’y perd rapidement et on y perd collectivement. Cet atelier abordera l’importance de la curiosité et de la critique pour le développement du mouvement anarchiste. Pour les fins de l’atelier, on invite les personnes participant à apporter un texte ou un livre – à donner – qui les a inspiré dans leur parcours anarchiste.

Animé par Sophie, Eddy et Thomas, impliqué-e-s dans plusieurs projets et groups anarchistes, notamment la Mauvaise Herbe et l’Union communiste libertaire.

Création de bandes dessinées féministes anarchistes (FR & EN)
Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
11h-12h45 — Salle SS-110 (basement)– pour tous âges

Dans une classe du CEDA, des anarchistes pourraient créer sur papier (crayons, revues pour des collages fournis) ou sur Internet, grâce à une liste de logiciels gratuits, des bandes dessinées féministes, anarchistes. Puis, le collectif s’organisera après le salon du livre pour publier, soit sur le web soit autrement,les oeuvres recueillies.

L’atelier sera animé par le Collectif Rebelles Montréal.

Homos pour l’abolition des prisons: Bâtir un mouvement solidaire avec des détenues Queer et Trans (EN)

Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
13h-14h45 – Salle SS-110 (sous-sol)

Lorsqu’un nombre important d’individus queer et trans sont violemment expulsés des communautés par la police, la criminalisation et l’emprisonnement, ces précieux-ses membres deviennent mis-es de côté et exclus-es. Bâtissons des stratégies pour remettre les luttes des prisonniers-ères queer et trans sur le radar et sur les fronts de notre organisation. Nous élaborerons des stratégies pour élargir nos réseaux et nos systèmes de support contre  les prisons industrielles. Aussi tenterons-nous d’analyser les alternatives possibles quant au rôle que les prisons jouent dans les communautés.

Le Prisoner Correspondence Project est une initiative collective basée à Montréal. Elle coordonne un programme de correspondances directes pour détenu-e-s gays, lesbiennes, transsexuel-les, transgenres, gendervariants, bispirituels, intersex, bisexuel-les et queers au Canada et aux Etats-Unis, unissant ces détenus-es avec des gens des mêmes communautés hors des milieux carcéraux.

Parole sans parole: La prequel : les vautours (EN)
Dimanche 20 mai — Centre Culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
15h-16h45 — Salle SS-110 (sous-sol) – pour tous âges

Le Termite Collective présentera une pièce multimédia explorant la réalité quotidienne de la vie à l’intérieur d’une prison, les contrôles absurdes, dévastateurs et exagérés que les détenus doivent subir et les impact des nouvelles lois et de la rhétorique de « dureté face au crime ». La pièce consiste en des discours du gouvernement conservateur, du chef du Service correctionnel du Canada et quelques chansons et sketchs. La plupart des histoires et des sketchs sont véridiques, ce sont des histoires que l’on nous a contées et que nous avons vécues, seulement les noms et les visages ont été changés.

Présenté par le Termite Collective, un groupe de personnes créatives et intéressées qui veulent rendre public la nature de plus en plus répressive des prisons par le biais de la parodie politique et du « cabaret criminel ».

La sécurité pour les anarchistes (FR)
Dimanche 20 mai — CEDA (2515 rue Delisle)
11h-12h45 – Salle 123 – pour tous âges

Des décisions éclairées par rapport à leur sécurité, tant sur internet que hors ligne. Seront couvert les pratiques de sécurité de base, la culture de sécurité ainsi qu’un aperçu du fonctionnement d’internet. La présentation se veut interactive et axée sur les besoins des participants. Aucun ordinateur n’est nécessaire pour la formation.

Animé par Antoine, un administrateur de système avec une solide expérience de vulgarisation dans la communauté activiste de Montréal.

Black Flame: une introduction à l’anarchisme de masse (FR) – Introduction à l’anarchisme
Dimanche 20 mai — CEDA (2515 rue Delisle)
13h-14h45 – Salle 123 – pour tous âges

Dans leur essai historique Black Flame, Michael Schmidt et Lucien Van Der Walt utilisent l’expression «anarchisme de masse» pour introduire et rassembler de façon cohérente des principes, stratégies et tactiques privilégiés par de nombreuses organisations anarchistes. L’atelier se propose de présenter, puis de débattre collectivement les réflexions et questions soulevées par les auteurs.

Presenté par L’Union communiste libertaire, une fédération de collectifs et d’individus provenant de différents mouvements de résistance et qui s’identifient à la tradition communiste (ou de masse!) dans l’anarchisme.

Écrire et écrier sa révolte (FR)
Dimanche 20 mai — CEDA (2515 rue Delisle)
15h-16h45 – Salle 123 – pour tous âges

Atelier pratique sur l’écriture et la prise de parole où nous nous inspirerons des poètes-ses et paroliers-ères révoltéEs qui marquèrent l’Histoire par leurs paroles et leur poésie pour nous aussi écrire et dire ce qui nous brûle la gorge. L’idée est de créer un espace de respect propice à l’écoute, la création et la prise de parole qui culminera vers une action/création collective. La rage est une énergie créatrice. L’écriture, une lutte perpétuelle contre le silence. La parole, une prise de la Bastille.

Animé par Frank Poule, un artiste multidisciplinaire, surtout reconnu pour sa poésie publique scandée, qui pratique l’art comme moyen de subversion, d’inspiration et d’éducation.