Accueil » Ateliers & Présentations 2011

Ateliers & Présentations 2011

Plus d’information ci-dessous concernant les présentations suivantes :

Ateliers d’introduction à l’anarchisme – SAMEDI 21 MAI

  • 13h: L’anarchisme sans anarchistes / L’anarchisme avec des anarchistes : la pratique et la pertinence de l’anarchisme (Jaggi Singh)
  • 13h: Découvrir l’anarchisme par la chanson (Philippe Morin)

Ateliers d’introduction à l’anarchisme – DIMANCHE 22 MAI

  • 13h: L’aliénation salariée : pour une critique anarchiste du travail (Camille Robert)
  • 13h: Épouser l’insolente paresse: une introduction à l’anarchisme (Adrienne Hurley)

Ateliers & Présentations — SAMEDI 21 MAI

  • 11h: De l’importance de lutter sur son lieu de travail (Syndical Industriel des travailleurs et travailleuses/Industrial Workers of the World)
  • 11h: Transformer le tort: appuyer les survivantEs et confronter les agressions sexuelles dans nos communautés (SACOMSS & Philly Stands Up)
  • 11h: S’opposez et proposez! Leçons de Movement for a New Society (Andrew Cornell)
  • 12h: Atelier du Bloc des auteurs anarchistes (le Bloc des auteurs anarchistes-Montreal)
  • 13h: Les anarchistes face aux mesures « d’austérité » (l’Union communiste libertaire et d’autres)
  • 13h: Les luttes sociales des communautés autochtones en Amerique du Sud (le Comité d’appui au peuple Mapuche et Nicolas Van Caloen)
  • 15h: Une introduction à la libération animale et à l’anarchisme: Comment la libération animale attaque les racines du système capitaliste (Love & Rage Liberation Collective)
  • 15h: Orwell, l’anarchiste-tory (Eric Martin)
  • 15h: Soutien et autodéfense face à la répression de l’État : L’exemple du G20 à Toronto & Montréal (La Convergence des luttes anticapitalistes, CLAC)
  • 15h: Perspectives anarchistes contemporaines : introduction aux anarchismes contemporains (Christian)

Ateliers & Présentations — DIMANCHE 22 MAI

  • 11h: Perspectives antiautoritaires sur les révolutions actuelles du Golfe à l’océan: Égypte, Tunisie, Yémen, Bahreïn, Lybie, Iran, Irak, Palestine (Tadamon! Montreal)
  • 11h: Leçons de solidarité : les rébellions de l’affaire Oscar Grant et le mouvement contre la terreur policière à Oakland, CA (Oakland 100 Support Committee)
  • 11h: Proximité physique, vie de quartier et luttes anarchistes : l’expérience de la Pointe libertaire (le collectif de La Pointe Libertaire)
  • 12h: Pour des Rencontres internationales de l’anarchisme à St Imier (Suisse) en 2012 (la coopérative Espace noir)
  • 13h: La philosophie : Un jeu d’enfants (Louise Caroline Bergeron, Mubeenah Mughal & Marike Reid-Gaudet)
  • 13h: Les luttes pour l’autonomie reproductive: des collectifs undergroup d’avortement à la lutte pour décriminaliser le travail du sexe (Emily Davidson & Kaley Kennedy) – pour femmes et personnes trans seulement
  • 13h: Table-Ronde: 10 ans après le Sommet des Amériques: quel impact sur les libertaires? (Hélène Nazon, Maxime Fortin, Sarita Ahooja et d’autres)
  • 15h: L’anarchisme, le colonialisme et la dépossession des autochtones dans l’Ouest canadien (Paul Burrows)
  • 15h: Cinquante ans de lutte contre la brutalité policière à Montréal, 15 manifestations du 15 mars, quelle stratégie face à l’État oppresseur ? (Collectif Opposé à la Brutalité Policière, COBP)
  • 15h: Todos Somos Japon et l’anarchisme planétaire (Go Hirasawa, Adrienne Hurley & Sabu Kohso)
  • 15h: Parole Sans Parole (the termite collective)
  • 15h: Notre solidarité : Un territoire à décoloniser (Projet Accompagnement Solidarité Colombie, PASC)

Les ateliers et les présentations auront lieu tant le samedi 21 mai que le dimanche 22 mai, le tout de 11h à 17h.

Les ateliers ont lieu soit en français (fr.) ou en anglais (ang.) ou sont bilingues (bil.). De la traduction chuchotée est offerte vers le français ou l’anglais pour chaque atelier.

Cette année nous présentons quatre ateliers d’introduction pour des gens qui sont nouveaux ou simplement curieux à propos de l’anarchisme, des idées et des pratiques anarchistes. Les autres ateliers (20 au total) approfondissement différents courant de l’anarchisme et des enjeux auxquels font face les anarchistes. Nous offrons aussi de l’espace au Bloc des auteurs anarchistes et une session d’information à propos des internationales de l’anarchisme de St Imier en Suisse.

Les ateliers ont lieu soit dans le bâtiment principal du Salon du livre, le CEDA situé au 2515 rue Delisle ou bien au Centre culturel Georges-Vanier qui se trouve en face du CEDA.

Les salles A et B du Centre Culturel Georges-Vanier ainsi que les salles 123 et 125 du CEDA sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Les salles 302 et 305 du CEDA ne sont pas accessibles. Nous pouvons déplacer des ateliers afin d’accomoder des personnes ayant des besoins spécifiques d’accessibilité.

SAMEDI 21 MAI 2011

De l’importance de lutter sur son lieu de travail (fr.)
11h-12h45, samedi 21 mai
Salle 123 au CEDA

À partir d’une perspective historique des mouvements syndicalistes révolutionnaires et anarcho-syndicalistes, nous présenterons la stratégie du syndicalisme de solidarité telle qu’elle est développée aujourd’hui. Nous montrerons comment des groupes qui s’inscrivent dans ces traditions mènent efficacement des luttes au travail, en harmonie avec les principes chers aux libertaires.

Animé par Andrew Fletecher et Paule Lespérance, membres du Syndical Industriel des travailleurs et travailleuses – Industrial Workers of the World.

Transformer le tort: appuyer les survivantEs et confronter les agressions sexuelles dans nos communautés (ang.)
11h-12h45, samedi 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

Comment pouvons-nous confronter les agressions sexuelles dans nos communautés d’une manière qui appuie tant les survivantEs de la violence et qui amène les personnes ayant causé du tort à rendre des comptes, sans avoir recours aux systèmes légaux oppressifs? Ce panel sera animé par deux membres de collectives qui oeuvrent à aborder la violence sexualisée dans leurs communautés : le Sexual Assault Centre of McGill qui se concentre sur l’appui aux survivantEs et Philly Stands Up, qui travaille aussi avec les personnes ayant causé le tort à travers d’un cadre de justice transformative.

SACOMSS (le Sexual Assault Centre of McGill Students Society) est une organisation de bénévoles qui offre du support aux survivantEs d’agressions sexuelles et à leurs alliéEs grâce à un appui direct, ainsi qu’à l’éducation et à la sensibilisation. Philly Stands Up est un collectif opérant à Philadelphie à confronter les agressions sexuelles et oeuvrant à restorer la confiance et la justice au sein de nos communautés, le tout en travaillant tant avec les survivantEs qu’avec les auteurEs d’agressions sexuelles.

S’opposez et proposez! Leçons de Movement for a New Society (ang.)
11h-12h45, samedi 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

Movement for a New Society (MNS), une organisation pacifiste radicale et féministe a été active aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Elle a été pionnière de la prise de décision par consensus, de la vie communale, de l’action directe et de l’auto-éducation qui sont maintenant des valeurs centrales aux mouvements antiautoritaires. Nous explorerons l’histoire de MNS comme afin de tirer des leçons concernant le leadership, la construction de mouvements, la contreculture et les politiques préfiguratives pertinents aux organisateurs-trices aujourd’hui.

Animé par Andrew Cornell, un éducateur, organisateur et auteur vivant à Brooklyn, NY. Il est l’auteur de Oppose and Propose! Lessons from Movement for a New Society (AK Press and Institute for Anarchist Studies, 2011).

Atelier du Bloc des auteurs anarchistes (bil.)
12h-13h, samedi 21 mai
Salle 305 au CEDA

Un atelier pour tous les auteurEs de fiction anarchistes intéresséEs (littérature, théâtre, film, poésie, etc) à se réunir, se rencontrer et discuter de projets d’intérêt commun. L’atelier de l’an dernier, par exemple, a donné lieu à la première collection de nouvelles anarchistes et au présent Bloc des auteurs anarchistes.

Animé par le Bloc des auteurs anarchistes (chapitre de Montréal) un groupe d’auteurs anarchistes s’étant rencontrés au Salon du livre de l’an dernier.

L’anarchisme sans anarchistes / L’anarchisme avec des anarchistes : la pratique et la pertinence de l’anarchisme (ang.)
13h-14h45, samedi 21 mai
Salle 123 au CEDA

Cet atelier soulignera les principes de base de l’anarchisme, à partir de ses origines historiques aux inspirations et antécédents de différentes cultures et mouvements. Du travail de solidarité avec des prisonniers, migrants et victimes de la brutalité policière, en passant par les insurrections et soulèvement inspirants ayant eu lieu un peu partout à travers le globe, nous explorerons la pratique tangible des valeurs anarchistes que sont l’auto-organisation, l’aide mutuelle, la solidarité et l’action autonome. Nous examinerons des exemples significatifs d’auto-organisation et de résistance de la Kabylie aux territoires Mapuches et au Chiapas et à la Confédération Iroquoise, incluant des exemples locaux de Montréal. Que ce soit grâce à l’anarchisme exercé par des personnes s’identifiant comme anarchistes ou « l’anarchisme sans anarchistes » qui pratique les valeurs de l’anarchisme sur une base quotidienne, cet atelier entend fournir un portrait de base des idées et de la pratique anarchiste, et de la lutte sans compromis contre le capitalisme, l’État et toutes les formes d’oppression.

Animé par Jaggi Singh. Jaggi est un organisateur avec Personne n’est Illégal, Solidarité sans Frontières et la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) ainsi qu’un membre du Collectif du Salon du livre anarchiste de Montréal.

Découvrir l’anarchisme par la chanson (fr.)
13h-14h45, samedi 21 mai
Salle 302 au CEDA

Cet atelier est destiné à des personnes curieuses mais pas nécessairement très familières avec l’anarchisme.  L’objectif est d’utiliser des chansons d’expression française pour faire découvrir l’origine, des idées centrales  et des mouvements et figures historiques de ce courant politique.

Animé par Philippe Morin. Philippe est membre du Collectif du Salon du livre anarchiste de Montréal. Il s’implique depuis une dizaine d’années dans divers collectifs. Il veut changer la société

Les anarchistes face aux mesures « d’austérité » (bil.)
13h-14h45, samedi, 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

Depuis le début de la crise économique en 2008, les gouvernements ont tenté de refiler aux populations les coûts engendrés par les fermetures d’entreprises et l’effondrement des marchés boursiers. Partout, il y a eu résistance, y compris au Québec et au Canada. À travers ce panel, l’UCL souhaite faire le point sur la conjoncture, partager ses réflexions sur l’état de la mobilisation contre les mesures d’austérité imposées par le gouvernement Charest et ouvrir un espace de discussion avec des anarchistes présent-e-s ailleurs au Canada sur ces questions importantes.

Panel bilingue organisé par l’Union communiste libertaire avec la participation d’autres organisations anarchistes actives au Canada.

Les luttes sociales des communautés autochtones en Amerique du Sud (fr./esp.)
13h-14h45, samedi 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

La lutte des communautés autochtones s’est intensifiée depuis la création des États indépendants.  Actuellement, le combat persiste car leurs droits sont encore brimés et la lutte pour la récupération des terres est loin d’être terminée. En Amérique Latine, nous sommes témoins de la répression, autant de l’État comme des multinationales, afin de les déloger et ainsi pouvoir exploiter les ressources naturelles librement. Au Chili, l’État tente d’écraser leur revendication en les criminalisant par le biais de la loi antiterroriste.

Présenté par le Comité d’appui au peuple Mapuche et Nicolas Van Caloen. Le Comité d’appui au peuple Mapuche qui est une organisation sociale de personnes qui résident en général à Montréal et qui lutte pour la cause des Mapuche vivant au Chili. Nicolas Van Caloen est gradué en économique, documentariste et journaliste indépendant, militant écologiste et pour la justice sociale depuis 10 ans. Il a milité  avec Liberterre, Earth First, Sos-Levasseur et  milite sur le réseau de coordination anti minier Abya Yala.

Une introduction à la libération animale et à l’anarchisme: Comment la libération animale attaque les racines du système capitaliste (ang.)
15h-16h45, samedi 21 mai
Salle 123 au CEDA

Cet atelier traitera des connexions entre l’anarchisme et la libération animale. Nous examinerons comment le système capitalisme approfondit l’oppression des animaux et comment le système capitaliste actuel dépend de statut de propriété des animaux pour prospérer. En utilisant des exemples issus du passé, nous examinerons comment les mouvements de libération animale attaquent les racines du capitalisme et remettent en question le système de propriété lui-même, ceci en construisant des liens entre les mouvements de libération de la Terre, des animaux et des humains.
Animé par The Love & Rage Liberation Collective, un collective anarchiste de libération animale. Notre éducation est anticapitaliste et anti-étatique et nos actions confrontent directement les institutions qui font du tort aux animaux. Nous sommes basés à Toronto, Canada.
—-

Orwell, l’anarchiste-tory (fr.)
15h-16h45, samedi 21 mai
Salle 302 au CEDA

George Orwell aimait se dire anarchiste-tory, à la blague. Celui qui avait participé à la guerre d’Espagne dans les milices du POUM avait une conception particulière du socialisme et de l’anarchisme, dans laquelle la défense de la culture prenait une place importante. Présentation sur les idées de George Orwell.

Animé par Eric Martin. Eric est étudiant en science politique  à l’Université d’Ottawa.

Soutien et autodéfense face à la répression de l’État : L’exemple du G20 à Toronto & Montréal (fr.)
15h-16h45, samedi 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

Il y a eu plus de 1100 arrestations à Toronto pendant le G20 et, face à ces arrestations et à la répression de l’État en général, des groupes et des individus ont organisé un réseau de soutien pour défendre nos camarades qui ont été harceléEs, battuEs, emprisonnéEs et/ou font face à des accusations graves. À Montréal, le comité de soutien légal de la CLAC a été actif immédiatement, suite aux répercussions des manifestations du G20, pour renvoyer nos camarades à la maison et, aussi, pour fournir un soutien moral et légal concret, tout en maintenant nos campagnes publiques. Cet atelier/discussion servira à partager les expériences que nous avons vécues et les leçons desquelles nous avons appris, en nous basant sur un cadre de travail antiautoritaire/anticapitaliste/anti-oppression, quant aux moyens de répondre à la répression de l’État, incluant la perturbation et l’infiltration de nos mouvements par la police et l’État. Nous mettrons de l’avant un modèle de soutien différent de l’approche des ONG et les organisations de défense des libertés civiles, un modèle qui vise à mettre en pratique les idéaux anarchistes d’entraide et de solidarité et qui rejette les fausses dichotomies entre « innocence » et « culpabilité » ou « bon » et « mauvais » manifestant.

Présenté par des membres du comité de soutien légal de la CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes), dont des personnes qui ont été arrêtées et détenues lors du G20 et qui sont aussi impliquées dans le travail de soutien légal. Le comité de soutien légal de la CLAC est toujours actif et continue le soutien légal aux arrêtéEs du G20, dont le soutien à des manifestants québécois qui font toujours face à des  accusations graves.

Perspectives anarchistes contemporaines : introduction aux anarchismes contemporains (fr.)
15h-16h45, samedi 21 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

Quelles sont les tendances anarchistes en rupture avec l’anarchisme classique, quels en sont les questionnements actifs qui les faient se différencer des perspectives classiques : anti-civilisation, perspectives en solidarité avec les luttes autochtones, communisation, remise en question du sujet révolutionnaire, critique du militantisme, luttes écologistes radicales, anti-patriarcat, luttes queers… Nous aborderons dans cet atelier différentes tendances des anarchismes contemporains ainsi que les discussions et les débats qui les animent. Cet atelier serait une présentation suivie d’une discussion ouverte. DifférentEs intervenantEs y seraient conviéEs.

Facilitateur, présentateur et responsable : Christian, personne impliquée dans différentes luttes anarchistes entre autres dans les derniers années dans la campagne des luttes contre les Olympiques.

DIMANCHE 22 MAI 2011

Perspectives antiautoritaires sur les révolutions actuelles du Golfe à l’océan: Égypte, Tunisie, Yémen, Bahreïn, Lybie, Iran, Irak, Palestine (ang.)
11h-12h45, dimanche 22 mai
Salle 123 au CEDA

Alors que les révolutions se propagent de la Tunisie à l’Égypte et maintenant à la Lybie, au Yémen, au Bahreïn, comment comprenons-nous, en tant qu’antiautoritaires et anarchiste, la nature de ces révolutions et comment elles comprennent un esprit antiautoritaire en ce qui a trait à leurs modes d’organisation et comment elles remettent en question les structures de pouvoir, la hiérarchie et le capitalisme et au processus continu de décolonisation de la région. Cet atelier traitera aussi de la manière dont les mouvements antiautoritaires et anarchistes sont liés à ces luttes, et comment pouvons nous situer notre solidarité avec ces luttes.

Cet atelier sera animé par des membres de Tadamon! Montréal, un collectif antiautoritaire, anticapitaliste et anticolonial qui travaille en solidarité avec les mouvements pour la justice au Moyen-Orient..

Leçons de solidarité : les rébellions de l’affaire Oscar Grant et le mouvement contre la terreur policière à Oakland, CA (ang).
11h-12h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

En réfléchissant sur les deux dernières années d’organisation contre la terreur policière Oakland, CA, des membres du Oakland 100 Support Committee discuteront et analyseront le travail des anarchistes pour garder le momemtum et éviter d’être cooptés par des groupes libéraux et réformistes. Les sujets discutés incluront la solidarité, la communication et la race.

Animé par le Oakland 100 Support Committee, un groupe de personnes arrêtées, d’organisateurs-trices et de membres de la communautés engagéEs à identifier les personnes arrêtées, à faire tomber les accusations, et aidant à générer des fonds et des ressources pour plus de 100 personnes arrêtés pendant les rébellions de janvier; après que la police eut assassinée Oscar Grant à Oakland, CA.

Proximité physique, vie de quartier et luttes anarchistes : l’expérience de la Pointe libertaire (fr.)
11h-12h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

Le militantisme de quartier est souvent associé dans notre milieu à des luttes micro-locales, souvent réformistes et sans grande portée. A partir de l’analyse critique de 6 ans d’organisation dans notre quartier, nous développerons l’argument contraire, que la proximité physique sur un territoire donne un sens à l’action et rend plus facile l’organisation et la diffusion d’une « culture anarchiste». Au menu : gains, défis, plaisirs, peurs, frustrations, possibilités, anarchie… et
débats!

Animé par le collectif de la Pointe Libertaire, un groupe anarchiste qui concentre son action dans le quartier de Pointe-Saint-Charles à Montréal.

Pour des Rencontres internationales de l’anarchisme à St Imier (Suisse) en 2012 (fr.)
12h-12h45, dimanche 22 mai
Salle 302 au CEDA

A l’occasion des 140 ans de l’Internationale anti-autoritaire, nous souhaitons proposer des Rencontres internationales de l’anarchisme. Nous présenterons l’histoire de la Fédération jurassienne et de l’AIT.

Animé par Michel Nemitz et May Dubuis des militants anarchistes qui participent à la vie de la coopérative Espace noir (Saint-Imier, dans le Jura bernois).

L’aliénation salariée : pour une critique anarchiste du travail (fr.)
13h-14h45, dimanche 22 mai
Salle 123 au CEDA

Le travail salarié n’a pas toujours été ; s’il apparaît aujourd’hui comme la seule manière d’exister, c’est qu’il a d’abord été instauré par la violence et la répression. Alors qu’il était dévalorisé dans pratiquement toutes les sociétés avant le 19e siècle, le travail s’est imposé en bouleversant toutes les formes de liens sociaux et de solidarités pré-capitalistes au nom du profit. Cet atelier retrace le parcours historique du travail salarié en examinant le cas plus spécifique du Québec.

Camille Robert, étudiante en Histoire, membre de l’Union Communiste Libertaire, militante du mouvement étudiant et syndical.

Épouser l’insolente paresse: une introduction à l’anarchisme (ang.)
13h-14h45, dimanche, 22 mai
Salle 302 du CEDA

On nous enseigne dès le plus jeune âge à travailler dur et que cela est en soi une vertu. Il est possible qu’on se fasse dire que le travail est le meilleur moyen ou même le seul moyen d’avoir du succès et de trouver le bonheur. La paresse, au contraire, nous est présentée comme un vice, qui ne serait pas bonne pour nous, ou même comme une forme de trahison. C’est possible que nos employeurs nous louagent lorsqu’on fait du temps supplémentaire (surtout si c’est sans être payé). Il se peut que l’on s’attende à ce que l’on en fasse. Il se peut que l’on soit réprimandé, puni ou congédié si on n’en fait pas. Si on ne travaille pas – si on est sans emploi, sous-employé ou employé de manière irrégulière-, on peut sentir que l’on est en train « d’échouer » quelque chose. On peut nous faire sentir comme si il y avait quelque chose qui cloche avec nous. Mais, en y pensant bien, il y a quelque chose d’étrange à propos de tout ce travail, de cet élan vers le travail. À quoi cela sert-il? Qu’est-ce que ça nous fait? Les participantEs au Salon du livre qui sont curieux ou nouveaux à l’anarchisme sont invités à cet atelier, qui présentera certaines des idées de base de l’anarchisme qui permettent d’avoir une réflexion différente sur le sens à donner au travail.

Animé par Adrienne Hurley, qui enseigne les études asiatiques à McGill University.

La philosophie : Un jeux d’enfants! (fr.)
13h-14h45, dimanche 22 mai
Salle 125 au CEDA

Cet atelier, en deux parties, s’adresse aux enfants et ados de 9 à 15 ans ainsi qu’à leurs parents et à tout les curieux. La 1er partie, “Kung-fu Anti-Sophiste”, est un atelier pratique s’adressant aux 9 à 15 ans pour aider à combattre la démagogie et à mettre k-o les mauvais arguments de ceux qui cherchent à nous manipuler. La 2e partie sera animée par Mubeenah Mughal et Marike Reid-Gaudet. “Développer l’esprit critique des enfants” est un atelier de réflexions et d’échanges s’adressant aux parents désireux d’avoir des exemples de philosophie appliquée au quotidien des enfants, ainsi que des suggestions de lecture. Le partage d’expériences est encouragé!

Animé par Louise Caroline Bergeron, Mubeenah Mughal & Marike Reid-Gaudet.

10 ans après le Sommet des Amériques: quel impact sur les libertaires? (fr.)
13h-14h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

Une table-ronde avec la participation de différents militants et militantes impliquéEs
lors du Sommet des Amériques. Ce n’est pas un panel: tout le monde est le bienvenue à prendre la parole et participer. Questions: Quel impact le Sommet a eu sur les mouvements libertaires du Québec? Le Sommet des Amériques: l’étincelle ou le burn-out? Chez les libertaires, peut-on parler d’un “avant” et d’un “après” Québec-2001?

Avec la participation, entre autres: Hélène Nazon, qui a milité avec la CASA (Comité d’accueil du Sommet des Amériques); Maxime “Tony” Fortin, qui a milité avec la CASA; Jaggi Singh, membre de la CLAC (la Convergence des luttes anticapitalistes); Sarita Ahooja, membre de la CLAC; Anna Kruzynski, qui a milité avec salAMI (1998-2001); Aaron Lakoff, qui a milité avec Youth for Socialist Action; et vous!

Les luttes pour l’autonomie reproductive: des collectifs undergroup d’avortement à la lutte pour décriminaliser le travail du sexe (ang.)
13h-14h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

Cet atelier pour femmes et personnes trans seulement examinera différentes luttes autour de la santé reproductive des femmes et des personnes trans en Amérique du Nord qui vont au-delà d’une lutte avec l’état pour des droits reproductifs spécifiques. Cet atelier explorera des thèmes communs et des tensions propres à ces luttes et apportera aux participantEs un espace pour créer des stratégies visant à intégrer les luttes pour l’autonomie reproductive dans leurs luttes communautaires.

Animé par Emily Davidson et Kaley Kennedy de *go it alone (together)*, un duo créateur de zine qui fait la promotion du féminisme et du soutien des personnes de nos communautés. Vous pouvez avoir un aperçu de notre travail à www.goitalonetogether.ca.

L’anarchisme, le colonialisme et la dépossession des autochtones dans l’Ouest canadien (ang.)
15h-16h45, dimanche 22 mai
Salle 123 au CEDA

Pierre Kropotkine, Emma Goldman et Rudolf Rocker ont tous visité le Canada et voyagé à travers les Prairies, le tout débutant avec le voyage à travers le pays de Kropotkine en 1897. Cette présentation dressera un portrait de ces visites de la fin du 19e et du début du 20e siècle et explorera les visions des voyageurs concernant la colonisation et les peuples autochtones dans un effort pour saisir la relation contradictoire entretenue par ces théoriciens de l’anarchisme classique face à la colonisation.

Animé par Paul Burrows, un activiste et auteur basé à Winnipeg et un fondateur du Mondragon collective, du Winnipeg A-Zone et du Rudolf Rocker Cultural Centre. Plus d’info à www.a-zone.org

Cinquante ans de lutte contre la brutalité policière à Montréal, 15 manifestations du 15 mars, quelle stratégie face à l’État oppresseur ? (fr.)
15h-16h45, dimanche 22 mai
Salle 125 au CEDA

Le but de l’atelier est de retracer l’historique des luttes contre la brutalité policière à Montréal et de discuter des différentes stratégies et alternatives  afin de dénoncer les abus policier. Dans l’opinion publique ainsi que dans les milieux militants et anarchiste, le débat est installé. Nous voulons permettre un espace d’échange afin d’écouter les différents points de vue, discuter de la possibilité d’emprunter de nouvelles avenues dans cette lutte contre le bras armée du capitalisme, le tandem juridico policier.

Animé par Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP), un groupe autonome et anti-autoritaire qui regroupe des personnes victimes, témoins et/ou concernés par la brutalité policière et tout abus perpétré par la police.

Todos Somos Japon et l’anarchisme planétaire (ang.)
15h-16h45, dimanche 22 mai
Salle 302 au CEDA

Ce qui se produit au Japon ne peut simplement être qualifié de situation particulière à un État-nation, mais plutôt une nouvelle phase de l’histoire humaine, ou ouverture vers un futur inconnu tant des puissances globales que des peuples. C’est une expérience universelle au sens non seulement de ses impacts économiques et environnementaux mais aussi en termes d’autodestruction de l’appareil que le monde moderne a construit à une échelle planétaire. Alors que le gouvernement japonais tente désespérément de soutenir à souveraineté, il révèle son incapacité à résoudre les problèmes accumulés. Son territoire national se voit divisé en enclaves de régions inaccessibles, l’économie nationale coule dans l’abysse, et tout cela peut résulter en un déséquilibre fondamental dont les possibilités seront discutées dans ce panel.

Les participants incluent: Go Hirasawa, une personne spécialisée dans la recherche cinématographique et l’histoire des mouvements; Adrienne Hurley, qui enseigne les études asiatiques à McGill et Sabu Kohso, une personne faisant de la traduction et basée à New York qui travaille sur la question de l’espace urbain et des mouvements sociaux.

Parole Sans Parole (ang.)
15h-16h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle A

Le termite collective présentera plusieurs sketchs multi-médias qui tournent autour des enjeux de 1) la préparation pour la liberté conditionnelle, 2) l’audience de liberté conditionnelle, 3) les règles régissant la vie dans une maison de liberté conditionnelle, et 4) des témoignages de révocation de la liberté conditionnelle suivie d’une discussion de groupe. Nous tenterons d’illustrer grâce au théâtre l’énorme surveillance et les conditions sévères auxquelles les personnes en libération conditionnelles sont sujettes. Nous souhaitons que les gens ait une idée de combien il est difficile d’obtenir la liberté conditionnelle et de ne pas se faire remettre en prison une fois que la liberté conditionnelle est obtenue. Toutes ces histoires sont véridiques, seulement les noms et les visages ont été changés.

Animé par le termite collective, une initiative de personnes condamnées à perpétuité créée en 1999.

Notre solidarité : Un territoire à décoloniser (fr.)
15h-16h45, dimanche 22 mai
Centre Culturel Georges-Vanier (à côté du CEDA) – Salle B

S’adressant à des militantEs impliquéEs dans des initiatives de solidarité internationale, cet atelier vise à questionner les rapports de pouvoir et les privilèges en jeux dans les réseaux de solidarité « Nord-Sud » en adoptant la démarche du féminisme anti-coloniale.  Nous souhaitons partager avec d’autres militant-es les contradictions et dilemmes que suscitent ces actions de solidarité afin de mieux les enraciner au sein des mouvement anti-coloniaux de type internationaliste, en rupture avec les approches paternalistes (humanitaire, développement..) ou altemondialistes (stages et consommation équitable).

Presenté par le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) qui travaille à créer un réseau de solidarité directe avec des organisations et communautés colombiennes en résistance. www.pasc.ca