Accueil » Ateliers et Présentations 2013

Ateliers et Présentations 2013

Le Salon du livre anarchiste inclut tant des introductions à l’anarchisme que des ateliers d’approfondissement (samedi le 25 mai ET dimanche le 26 mai). Pour les introductions à l’anarchisme, clickez ICI. Il y a plus d’information ci-dessous à propos des ateliers d’approfondissement s du Salon du livre anarchiste de Montréal.

HORAIRE EN BREF

SAMEDI LE 25 MAI

  • 11h:  Bâtir une cité sans frontière : la pratique de l’anarchisme à Montréal (ANG/FR) – Solidarité sans frontières
    11h: Un anarchiste employé de l’État: cheval de Troie? (FR) – David Gagnon
  • 11h:  L’archivage autonome : L’histoire entre nos mains (ANG)
  • 11h: Femmes et antifascisme (FR) – Montreal Sisterhood
  • 13h: Ni frontières, ni nations, Écrasons le suprémacisme blanc!: Les luttes des personnes racisées et anarchistes en Amérique du Nord (ANG/FR) — Personne n’est illégale-Montréal
    13h: Nous sommes ingouvernables livre sur l’anarchisme contemporain au Québec (FR)
  • 13h: Écrivons de la fiction anarchiste! – Rencontre avec le Bloc des auteur-e-s anarchistes (ANG/FR)
  • 13h: Abolissons le système, mais pas l’écosystème : Earth First! Et l’anarchisme (ANG) – Lori Warbler et Kevin Nobo
  • 15h: Caucus des personnes racisées anarchistes : Prendre soin les un-e-s des autres afin d’être dangereux et dangereuses (ANG/FR)
    15h: Démocratie directe : un projet par et pour les hommes blancs? (FR)
Myriam et Camille de l’Union des communistes libertaires
  • 15h: Aéroport Notre Dame des Landes (Nantes) en France : inutile, couteux, anti-écologique et anti-social (FR) – No Pasaran
  • 15h:  Stratégies de solidarité avec les femmes prisonnières (ANG)Gully Good, Kelly Rose Pflug-Back et Claudia Medina

DIMANCHE LE 26 MAI

  • 11h: Femmes, prisons et État (FR) – Clara et Josée
  • 11h:  L’anarchie après Fukushima (ANG)Ayumi Hirai, Yoko K, Sabu Kohso et Norihito Nakata
  • 11h: Ne laissez pas tomber vos ami-e-s (ANG)Vikki Law et China Martens
  • 13h: “On s’en câlisse” une autre histoire du soulèvement du printemps 2012 au Québec (FR)Collectif de débrayage
  • 13h: RASTA: l’anarchisme du pauvre? (FR) – Hélène Lee
  • 13h:  Décolonisation, anarchisme et répondre à  la violence envers les femmes autochtones (ANG)Candice Cascanette
  • 13h: Caucus des parents et des personnes qui soutiennent des parents et des enfants (FR/ANG)
  • 15h:  Résistances anarchistes contre le fascisme et l’extrême-droite : l’exemple grec (ANG)Christina Xydous et. al.
  • 15h: Le privé est-il politique? (FR)
Maille à Part
  • 15h: Brutalité policière et profilage politique (FR)Francis Dupuis-Déri et Marc-André Cyr
  • 15h: L’éducation anarchiste (FR) – Marike Reid-Gaudet et Mubeenah Mughal

(Vous trouverez ci-dessous une présentation détaillée des ateliers)

Chaque atelier a lieu en français (FR) ou en anglais (ANG) et est accompagné de traduction chuchotée vers l’anglais ou le français.

Tous les ateliers sont accessible aux fauteuils roulants. Les ateliers ont des places limitées, alors merci d’arriver en avance !

CCGV = Centre culturel Georges-Vanier (2450 rue Workman)
CEDA = Centre d’éducation populaire de la Petite-Bourgogne et de St-Henri (2515 rue Delisle)

SAMEDI LE 25 MAI, 11H

Bâtir une cité sans frontière : la pratique de l’anarchisme à Montréal (ANG/FR)
Samedi, 25 mai, 11h
CCGV-Salle 2.100

Cet atelier présentera un portrait de la campagne Bâtir une cité sans frontière dont le but est de construire des réseaux fiables d’entraide et de support mutuels à Montréal afin d’assurer l’accès aux services pour tous et toutes, particulièrement les personnes migrantes sans statut. L’atelier  questionnera aussi la campagne Bâtir une cité sans frontière comme un exemple tangible de la pratique de l’anarchisme. Au-delà des débats autour des questions de la guerre sociale versus l’organisation sociale, la campagne Bâtir une cité sans frontière propose une bataille basée sur les principes anarchistes d’organisation afin de répondre aux besoins de base tout en confrontant l’État et le système capitaliste tels qu’ils se manifestent dans les frontières et l’apartheid global.

Animé et présenté par des anarchistes organisé-e-s au sein de Solidarité Sans Frontières et impliqué-e-s dans la campagne Bâtir une cité sans frontière. Solidarité Sans Frontière est un réseau impliqué dans les luttes immigrantes basé à Montréal (www.solidarityacrossborders.org).

Un anarchiste employé de l’État: cheval de Troie? (FR)
Samedi 25 mai, 11h
CCGV – Salle 2.140

Est-il possible pour un anarchiste de travailler pour l’État? De le faire sans trahir ses valeurs? À moins de vouloir complètement divorcer du système, nous devons
travailler, et pour un professeur, l’État est un employeur tout désigné. Il est
toutefois possible non seulement de concilier notre emploi avec nos valeurs
libertaires, mais aussi de tirer parti de notre situation pour faire connaître
l’anarchisme, sans toutefois emprisonner nos étudiants dans une philosophie de la
liberté…

Animé par David Gagnon qui enseigne la littérature dans un cégep de Québec depuis plus de 20 ans. Ses prises de position sur la politique, la société et la pédagogie ne font pas toujours l’affaire de son employeur.

L’archivage autonome : L’histoire entre nos mains (ANG)
Samedi, 25 mai, 11h
CEDA-Salle 123

En s’appuyant sur l’expérience d’Interference Archive (Brooklyn), cet atelier explore comment et pourquoi les anarchistes devraient s’assurer de récolter et rendre accessible à la population l’histoire des luttes sociales et des expériences alternatives, particulièrement dans une perspective qui lie une production politique et culturelle.  Nos archives libres d’accès mettent davantage l’accent sur l’utilisation de notre collection de créations éphémères par des participantes et des participants des mouvements sociaux que sur la préservation et encourage un engagement critique et imaginatif avec notre propre histoire.

Présenté par des membres de Interference Archive, un centre social et d’études basé à Brooklyn, NY, qui explore la relation entre la production culturelle et les mouvements sociaux.

Femmes et antifascisme (FR)
Samedi 25 mai, 11h
CEDA – Salle 125

Nous désirons faire une présentation sur les femmes dans l’antifascisme car trop
souvent on oublie le rôle des femmes dans l’action antifa partout dans le monde et à
travers l’histoire. Les conférencières sont des femmes faisant de l’action
antifasciste et ayant rencontré plusieurs autres femmes antifa venant d’ailleurs
dans le monde.

La présentation sera faite par le Montreal Sisterhood, un groupe féministe
 non-mixte antifasciste formé d’anarchistes et de communistes libertaires.

SAMEDI LE 25 MAI, 13H

Ni frontières, ni nations, Écrasons le suprémacisme blanc!: Les luttes des personnes racisées et anarchistes en Amérique du Nord (ANG/FR)
Samedi 25 mai, 15h
CCGV – Salle 2.100

Cet atelier aborde les résistances et luttes des personnes racisées, anarchistes et anti-autoritaires. L’emphase sera mise sur l’importance des luttes contre l’État pour les communautés racisées et comment les pratiques anti-autoritaires et les stratégies d’élaboration de communauté ne sont peut-être pas nommées comme étant anarchistes mais en reflètent les principes.

Présenté par des membres de Personne n’est illégale- Montréal, un mouvement impliqué dans la lutte pour les droits des personnes migrantes et sans-statut, basé sur les principes anticolonialistes, anti-capitalistes, de justices écologiques, d’auto-détermination des autochtones, anti-occupation et anti-opressifs.

 Nous sommes ingouvernables – livre sur l’anarchisme contemporain au Québec (FR)
Samedi 25 mai, 13h
CCGV – Salle 2.140

Cet atelier veut réfléchir sur l’ouvrage qui vient de paraître “Nous sommes
ingouvernables: les anarchistes au Québec aujourd’hui”, dont les textes sont réunis
et présentés par Rémi Bellemare-Caron, Émilie Breton, Marc-André Cyr, Francis
Dupuis-Déri et Anna Kruzynski. Avec les participant-e-s au livre, nous allons
réfléchir ensemble de manière critique sur les enjeux de l’anarchisme, plus
particulièrement au Québec. Afin que la discussion soit la plus fructueuse possible, nous invitons les participant.es à lire le livre et à préparer leurs interventions/questions à l’avance.

Nous sommes tous et toutes des militant-e-s anarchistes ou des chercheurs qui
 s’intéressent à l’anarchisme et à son histoire récente.

Écrivons de la fiction anarchiste! – Rencontre avec le Bloc des auteur-e-s anarchistes
Samedi 25 mai, 13h
CEDA-Salle 123

Appel à toutes les personnes qui écrivent de la fiction anarchiste! Voici votre chance de rencontrer d’autres auteur-e-s anarchistes qui s’organisent collectivement au sein du Bloc des auteur-e-s anarchistes et publient et promeuvent leurs créations littéraires. Le Bloc des auteur-e-s anarchistes organise aussi sur une base régulière des cabarets à micro-ouvert, des ateliers sur la littérature, des projets de théâtre et d’autres évènements et offre un espace sécuritaire pour les auteur-e-s afin de partager notre travail.

Présenté par le Bloc des auteur-e-s anarchistes, un collectif d’auteur-e-s de fictions anarchistes basé à Montréal.

Abolissons le système, mais pas l’écosystème : Earth First! Et l’anarchisme (ANG)
Samedi 25 mai, 13h
CEDA – Salle 125

Le mouvement Earth First! (EF!) organise la résistance écologique en Amérique du Nord sur un modèle anarchiste depuis plus de 32 ans. Le mouvement a grandi et s’est transformé au fil des décennies, mais il a toujours maintenu comme valeur centrale l’action directe, le biocentrisme et une stratégie de non-compromission. Le but de l’atelier est d’évaluer comment les luttes entourant la question écologique vont influencer le futur de EF! et des luttes anarchistes.

L’atelier sera animé par Lori Warbler et Kevin Nobo.

SAMEDI LE 25 MAI, 15H

Caucus des personnes racisées anarchistes : Prendre soin les un-e-s des autres afin d’être dangereux et dangereuses (ANG/FR)
Samedi 25 mai, 15h
CCGV – Salle 2.100

Cet atelier aborde la complexité des expériences personnelles des personnes racisées et autochtones dans les organisations anti-autoritaires et anarchistes. Les sujets de discussion seront entre autres : la construction de réseaux de solidarité, le travail de solidarité, la multiplicité d’organisations, la guérison et le burn-out. Ce caucus cherche à briser les idées préconçues à propos de différentes organisations en demandant aux participantes et participants de partager leurs propres expériences, histoires et compétences. L’atelier est ouvert seulement aux personnes s’identifiant comme personnes racisées ou autochtones.

Le caucus des personnes racisées est organisé par des personnes s’identifiant comme queer, trans, personnes racisées, anarchistes et anti-autoritaires afin de créer des espaces d’échanges et de discussions pour toutes les personnes racisées et autochtones.

Démocratie directe : un projet par et pour les hommes blancs? (FR)
Samedi 25 mai, 15h
CCGV – Salle 2.140

La démocratie directe, définie comme mode d’organisation horizontal avec mandats
impératifs et révocables, se présente comme une alternative politique prometteuse.
Outre son fonctionnement horizontal, la démocratie directe semble toutefois portée
par plusieurs mouvements ayant un important point commun : ils sont à forte majorité
composé d’un club select, celui des hommes blancs ayant déjà un bagage militant.
Leur mode d’organisation, qui se veut inclusif et participatif, semble ainsi exclure
et invisibiliser des pans entiers de la société. L’atelier se propose d’explorer des
pistes d’action et de réflexion pouvant contribuer à ouvrir la démocratie directe à
d’autres horizons que ceux de son club select.

Présentée par Myriam et Camille, membres de l’Union communiste libertaire qui ont milité dans plusieurs organisations/espaces mixtes et non-mixtes.

Aéroport Notre Dame des Landes (Nantes) en France : inutile, couteux, anti-écologique et anti-social (FR)
Samedi 25 mai, 15h
CEDA – Salle 123

Aéroport Notre Dame des Landes (Nantes-France), une lutte exemplaire contre la
croissance infinie du capital et de la marchandise sur nos vies. Une lutte où les
résistances, diverses et multiples s’entrecroisent posant les questions de
démocratie horizontal, de quel type de société, de quel anticapitalisme aujourd’hui?

Animé par un membre de No Pasaran (France). La personne qui animera l’atelier est partie prenante de la lutte depuis plusieurs années.

Stratégies de solidarité avec les femmes prisonnières (ANG)
Samedi 25 mai, 15h
CEDA – Salle 125

Une discussion avec un panel d’anciennes prisonnières afin d’échanger sur les façons de développer une solidarité efficace et sur le long terme avec les femmes prisonnières. Notre analyse est basée principalement sur nos expériences en tant que personnes criminalisées ayant été incarcérées dans des établissements provinciaux au Canada et nos expériences en tant qu’activistes qui se sont organisées tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des prisons. Nous souhaitons aider à déconstruire la rhétorique d’une solidarité avec les prisonnières selon laquelle les militantes et les militants décident des besoins des personnes incarcérées et proposer un mouvement anti-prison qui se développe en fonction des besoins exprimés par les personnes incarcérées.

Les panélistes seront : Gully Good, une Canado-Jamaïquaine, poète, écrivaine et militante; Kelly Rose Pflug-Back, une personne d’identifiant comme queer, militante et éditrice volontaire avec au Fifth Estate Magazine; et Claudia Medina, coordinatrice du programme des prisons pour femmes au Prisoner Aids Resource Action Network.

DIMANCHE 26 MAI, 11h

Femmes, prisons et État (FR)
Dimanche 26 mai, 11h
CCGV – Salle 2.140

Un portrait des femmes crimininalisées. Une évaluation des impacts du système carcéral et de la judiciarisation sur les femmes/violence structurelle. Une discussion sur l’organisation des femmes en prison dans la perspective de l’abolition des prisons et anarchisme.

Animée par Clara et Josée, militante anarcha-féministe et intervenante auprès des femmes criminalisées.

L’anarchie après Fukushima (ANG)
Dimanche 26 mai, 11h
CEDA – Salle 125

Cet atelier sera animé par quatre personnes d’origine japonnaise, deux basées à Tokyo et une basée à New York. L’atelier analyse la nécro-politique du gouvernement japonnais qui persiste dans l’expansion de ses politiques nucléaires et d’un capitalisme apocalyptique qui persiste dans une logique dévastatrise afin de faire plus de profits. Le but principal de l’atelier est de comprendre l’état actuel des luttes contre la colonisation de la biosphère afin de promouvoir l’anarchie planétaire.

Présenté par : Yoko K, une romancière, poète et militante basée à Tokyo; Sabu Kohso, un écrivain/traducteur indépendant, éditeur pour Todos Somos Japon et impliqué dans le projet; et Norihito Nakata, un chercheur sur les mouvements sociaux et candidat au PHD à l’Université Waseda de Tokyo, militant dans les mouvements anti-capitalistes.

Ne laissez pas tomber vos ami-e-s (ANG)
Dimanche 26 mai, 11h
CEDA – Salle 119 (Salle Thèmatique Enfants, Parents et Camarades!)

Participez à une discussion avec Vikki Law (Resistance Behind Bars) et China Martens (The Future Generation) sur comment les personnes sans enfants peuvent soutenir les parents et les enfants dans leur communauté, mouvements et processus collectifs.

Comment pouvons-nous créer de nouvelles formes de soutien et d’entraide non-hiérarchiques et comment inclure les personnes de tous âges dans la lutte pour la justice sociale? Ne laissez pas tomber vos ami-e-s permettra d’échanger des idées, suggestions et expériences afin de trouver comment les non-parents peuvent soutenir les parents, les enfants et les personnes impliquées auprès d’eux, au sein de leur communauté, mouvements et processus collectif. L’atelier s’adresse aux personnes qui sont curieuses et aimeraient en apprendre plus sur la question de la parentalité et des enfants ainsi qu’à ceux et celles qui sont plus expérimenté-e-s. Construisons une révolution avec les personnes de tous âges! Ne laissons personne derrière!

DIMANCHE 26 MAI, 13h

“On s’en câlisse” une autre histoire du soulèvement du printemps 2012 au Québec (FR)
Dimanche 26 mai, 13h
CCGV – Salle 2.140

Discussion autour du livre “on s’en câlisse, une autre histoire du soulèvement du printemps 2012 au Québec” (aux éditions entremonde et Sabotart). Ce livre veut raconter la force de la grève et des grévises contre son effacement ou sa glorification au service de la refonte de la “société”. Du retour de la paix sociale, la grève s’en câlisse.

Animé par le Collectif de débrayage, un collectif de militants-tes (anonymes) ayant pris part à la Grève étudiante au Quebec en 2012, venant de Québec et de France.

RASTA: l’anarchisme du pauvre? (FR)
Dimanche 26 mai, 13h
CEDA – Salle 123

A ses débuts dans les années 30, le mouvement rasta est essentiellement
anti-colonialiste, anti-capitaliste et anarchiste. De cette histoire, qu’elle a
étudié pendant plus de vingt ans, Hélène Lee a tiré un livre et un film (le Premier
Rasta), qui exhument les origines libertaires et internationalistes du mouvement.
Elle présentera les conclusions de ses recherches et engagera le débat: les Rastas
n’ont-ils pas leur place au sein du mouvement anarchiste mondial?

Animé par Hélène Lee – France – journaliste, écrivain, chercheur histoire de la Caraïbe.

Décolonisation, anarchisme et répondre à  la violence envers les femmes autochtones (ANG)
Dimanche 26 mai, 13h
CEDA – Salle 125

Cet atelier/discussion  présentera une vue d’ensemble de la réalité actuelle et des causes du colonialisme perpétré envers les femmes autochtones en tentant de faire un lien entre l’anarchisme, les solidarités avec les peuples autochtones et le taux épidémique de violence envers les femmes autochtones sur l’Ile de la Tortue. Nous explorerons l’importance de répondre à la violence envers les femmes autochtones dans les milieux anarchistes, anti-coloniaux et les mouvements de décolonisation, et comment le fait de poursuivre l’exploitation des territoires autochtones augmente les risques de violence envers les femmes autochtones.

Présenté par Candice Cascanette, une anarcha-féministe métisse enthousiaste de la radio communautaire et membre de Missing Justice, un collectif basé à Montréal qui travaille pour mettre fin à la violence et la discrimination envers les femmes autochtones au Québec.

Caucus des parents et des personnes qui soutiennent des parents et des enfants (FR/ANG)
Dimanche 26 mai, 13h
CEDA – Salle 119 (Salle Thèmatique Enfants, Parents et Camarades!)

Ce caucus est ouvert aux parents et aux personnes qui soutiennent des parents et des enfants et qui désirent discuter les sujets qui les préoccupent, partager leurs frustrations, échanger des conseils et des stratégies et qui aimeraient créer des liens avec d’autres personnes qui vivent une situation similaire. Une personne animera la discussion mais le contenu de la discussion sera décidé par les personnes présentes.

DIMANCHE 26 MAI

Résistances anarchistes contre le fascisme et l’extrême-droite : l’exemple grec (ANG)
26 mai, 15h
CCGV – Salle 2.140

Cet atelier explorera la montée de l’extrême-droite et du fascisme en Grèce et la résistance des mouvements anarchistes face aux néo-nazis au sein d’un mouvement plus large pour la justice économique et social. L’atelier est composé de deux volets: i) comprendre la montée de l’extrême-droite en Grèce; ii) échanger et évaluer les stratégies et tactiques anarchistes de résistance. L’atelier s’ouvrira sur un panel avec deux femmes anarchistes d’origine grecque qui présenteront leurs perspectives sur la montée du néonazisme en Grèce et sera suivi d’une discussion.

L’une des panelistes est Christina Xydous, une anarchiste et féministe d’origine grecque basée à Montréal. Elle s’est récemment réinstallée à Montréal après avoir vécu à Pireus en Grèce, et demeure très préoccupée par la soudaine popularité du Parti néonazi Aube Dorée et le virage à droite du pays dans le contexte de la crise économique européenne. D’autres panélistes se joindront à elle.

Le privé est-il politique? (FR)
Dimanche 26 mai, 15h
CEDA – Salle 123

Le privé est-il politique? Qu’en est-il de l’application de nos idéaux dans notre
vie privée? Nous voudrions laisser place à une réflexion collective lors d’une
activité de tricot-discussion. Le but serait de créer un safe space de discussion
sur la pratique des principes libertaires dans la sphère privée tout en tricotant!
L’invitation s’adresse à tous et toutes, tout âge confondu.

Présenté par Maille à Part, un collectif de tricot-graffiti basé à Montréal.

Brutalité policière et profilage politique (FR)
Dimanche 26 mai, 15h
CEDA – Salle 125

La répression policière n’est pas nécessairement tributaire de ce qui se passe dans les manifestations, mais bien de la cause ou de l’identité sociale et politique des manifestants. Un profilage politique qui s’aggrave d’année en année. Cela dit, la plus grande part de la répression reste invisible : de la surveillance à l’infiltration des groupes sociaux, les policiers font usage de différentes méthodes pour neutraliser la contestation et la mobilisation collectives, y compris la diffusion de fausses informations dans les médias. Dans cet atelier, les auteurs de « À qui la rue ? Répression policière et mouvements sociaux » partageront leur analyses et conclusions.

Animé par Francis Dupuis-Déri et Marc-André Cyr. Francis est professeur de science politique à l’UQÀM et spécialiste des idées politiques et des mouvements sociaux. Marc-André est étudiant au doctorat en science politique, chargé de cours et blogueur sur les mouvements
sociaux à Voir.ca.

L’éducation anarchiste (FR)
Dimanche 26 mai, 15h
CEDA – Salle 119 (Salle Thèmatique Enfants, Parents et Camarades!)

Vous vous interroger sur l’éducation? Venez partager vos réflexions et questionnements. Cet atelier débutera avec le visionnement de deux courts métrages sur l’éducation anarchiste jamais projetés au Québec, suivi d’un espace de discussion et de partage.

Animé par Marike Reid-Gaudet et Mubeenah Mughal. Marike s’intéresse à l’éducation libertaire, milite au sein de l’École-Libre Radicale de MTL Rad School, fais l’école à la maison avec son fils et est présidente de l’Association Québécoise pour l’Éducation à Domicile. Mubeenah est l’heureuse maman de trois enfants. Impliquée depuis plusieurs années dans divers collectifs libertaires, elle milite notamment au sein de l’École-Libre Radicale de MTL Rad School.