Accueil » Ateliers et présentations 2015

Ateliers et présentations 2015

workshopsDurant les deux jours du Salon du livre anarchiste de Montréal vous pourrez assister à des ateliers qui abordent en profondeur des sujets liés à l’anarchisme ainsi que des ateliers d’introduction. Vous pouvez consulter ici l’horaire en version abrégée suivi d’une description plus détaillée des ateliers.

À l’affiche cette année: 4 introductions à l’anarchisme (2 en français et 2 en anglais), la Salle des médias autonomes (samedi, 23 mai), la Salle anti-Canada (dimanche, 24 mai), ainsi que 18 ateliers d’approfondissement traitant de différents sujets liés à l’anarchisme.

Tous les ateliers seront présentés en traduction chuchotée vers le français ou l’anglais.

CCGV = Centre Culturel Georges-Vanier (2450, rue Workman)
CEDA = Centre d’éducation populaire de la Petite-Bourgogne et de St-Henri (2515, rue Delisle)
—–

HORAIRE EN RÉSUMÉ

SAMEDI LE 23 MAI, 11h

- Luttes antiautoritaire en Palestine et dans le monde arabe: Un modèle d’organisation horizontale et d’autogestion (Budour Hassan, via skype de Jerusalem occupée) – CEDA, Salle #123 (EN)
- (Salle des médias autonomes) Reportages indymedia lors des manifs de rue (CKUT) – CEDA, Salle #125 (FR/EN)
- Rencontre des auteur-e-s anarchistes (Bloc des auteur-e-s anarchistes) – CCGV, Salle 2,100 (FR/EN)

SAMEDI LE 23 MAI, 13h

- (INTRODUCTION À L’ANARCHISME) Anarchisme et anticolonialisme (Ni Québec, Ni Canada) – CEDA, Salle #123 (FR)
- (Salle des médias autonomes) FemCrypt (FemHack et Koumbit) – CEDA, Salle #125 (FR/EN)
- Perspectives anarchistes anti-racistes contre l’Islamophobie au Québec (Mary Foster, Nargess Mustapha et Jaggi Singh) – CCGV, Salle 2,100 (FR)
- Stratégies et tactiques pratiques pour une écriture anarchiste (Alexis Shotwell) – CCGV, Salle 1,100 (EN)

SAMEDI LE 23 MAI, 15h

- (INTRODUCTION À L’ANARCHISME) Les grandes idées anarchistes explorées dans de grands livres (Christine Renaud) – CEDA, Salle #123 (EN)
- (Salle des médias autonomes) Atelier de construction d’émetteur FM (CKUT) – CEDA, Salle #125 (EN/FR)
- Des lendemains qui chantent (Jacques Esnault) – CCGV, Salle 2,100 (FR)
- Espaces sécuritaires et autres problèmes (Virgil Addison, Estelle Davis, Kristin Li) – CCGV, Salle 1,100 (EN)

DIMANCHE LE 24 MAI, 11h

- La Glamarchie: les personnes féminines autochtones, noires, et racisées dans les espaces anti-autoritaires dominés par des hommes (Kama La Mackerel, An Li, & Yun Ching) – CEDA, Salle #119 (FR/EN)
- Pour le long terme : Prise en charge, dessein et stabilité dans l’organisation radicale (Chris Dixon) – CEDA, Salle #123 (EN)
- (Salle anti-Canada) Le Canada comme État d’apartheid : mythes et réalités (les films de Clifton Arihwakehte Nicholas) – CEDA, Salle #125 (FR)
- Le théâtre d’intervention comme outil de changements et d’expérimentations (PASC) – CCGV, Salle 2,140 (FR)
- Il faut qu’on parle de Facebook (DIRA) – CCGV, Salle 1,110 (FR)

DIMANCHE LE 24 MAI, 13h

- Confronter le racisme anti-noirEs dans les communautés anarchistes et apprendre du mouvement Black Lives Matter (Raissa Simone) – CEDA, Salle principale (EN)
- Sobriété radicale : Perspectives anarchistes sur la dépendance et la guérison (RadSob) – CEDA, Salle #119 (EN)
- (INTRODUCTION À L’ANARCHISME) L’unité dans la diversité: portrait de l’anarchisme contemporain au Québec (Rachel Sarrasin) – CEDA, Salle #123 (FR)
- (Salle Anti-Canada) La défense autochtone de la terre contre le colonialisme (Kanahus Manuel) – CEDA, Salle #125 (EN)
- Soutien péri-carcéral (ancien-nes détenu-es) – CCGV, Salle 2,100 (FR)
- 1er mai et anarchisme à Montréal: une histoire fragmentaire (Carl Robichaud) – CCGV, Salle 1,110 (FR)

DIMANCHE LE 24 MAI, 15h

- Organisation versus mobilisation: Rendre notre activisme pertinent pour le peuple (Réseau pour l’élimination de la violence policière) – CEDA, Salle principale (EN)
- Les ONG et le néo-colonialisme (Andres, Iléana et Robert) – CEDA, Salle #119 (FR)
- (INTRODUCTION À L’ANARCHISME) L’anarchisme au quotidien (Cindy Milstein) – CEDA, Salle #123 (EN)
- (Salle anti-Canada) Construire la résistance au 150e du Canada (trois personnes militantes anti-Canada) – CEDA, Salle #125 (FR/EN)
- Anarchie et insurrection: Perspective du conflit permanent (trois anarchistes) – CCGV, Salle 2,100 (FR)
- Là où vont les choses sauvages: Savoir et pratique anarchiste (Layla AbdelRahim) – CCGV, Salle 1,100 (EN)
—–

DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES

- Tous les ateliers sont présentés en français (FR) ou en anglais (EN), avec une traduction chuchotée vers l’anglais et/ou le français.
- Tous les ateliers sont présentés dans des salles accessibles aux fauteuils roulants. Arrivez tôt car les places assises et l’espace sont limités!

CCGV = Centre Culturel Georges-Vanier (2450, rue Workman)
CEDA = Centre d’éducation populaire de la Petite-Bourgogne et de St-Henri (2515, rue Delisle)
—–

Luttes antiautoritaire en Palestine et dans le monde arabe: Un modèle d’organisation horizontale et d’autogestion (Budour Hassan, via skype) – EN

Samedi le 23 mai, 11h à 12h45
CEDA – Room #123

Ce vaste exposé et discussion permettra d’explorer la résistance quotidienne au colonialisme et à l’apartheid dans une perspective anti-étatique. Du siège de Gaza en 2014 aux présents actes de défiances et à la survie dans Jérusalem en passant par une critique de la réponse humanitaire et caritative à l’auto-détermination palestinienne et la crise actuelle en Syrie, l’exposé, présenté via Skype, mettra en lumière l’analyse et le point de vue d’une militante de la base impliqué dans les luttes contre le colonialisme et l’impérialisme occidental.

Budour Hassan est une anarchiste palestinienne qui réside dans la ville occupée de Jérusalem. Elle est diplômée en droit et une collaboratrice régulière à Electronic Intifada.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(Salle des médias autonomes) Reportages indymedia lors des manifs de rue (CKUT) – FR/EN

Samedi le 23 mai, 11h à 12h45
CEDA – Room #125

Dans cet atelier pratique avec le collectif des nouvelles de CKUT, nous allons partager nos expériences de reportages dans des manifs de Montréal. En utilisant des outils accessibles tels que des cellulaires, des enregistreuses numériques, et des logiciels libres, nous démontrons comment rapidement produire des reportages de qualité. Nous allons aussi parler de la sécurité face à la violence policière, et comment respecter l’anonimité des manifestants. Organisé dans le cadre de la Salle des médias autonomes.

(Cet atelier sera présenté en anglais et en français.)
—–

Rencontre des auteur-e-s anarchistes (Bloc des auteur-e-s anarchistes) – FR/EN

Samedi le 23 mai, 11h à 12h45
CCGV – Salle 2,100

Les auteur-e-s qui participent au Salon du livre anarchiste sont invités à se joindre à une rencontre informelle afin d’échanger avec d’autres auteur-e-s anarchistes de fiction, poésie, théâtre, etc. La rencontre sera bilingue (anglais-français)

Animé par le Bloc des auteur-e-s anarchistes qui existent depuis 4 ans. Ce dernier a déjà publié 3 anthologies de fictions anarchistes, « Subversions 1, 2 et 3. »

(Cette discussion sera en anglais et en français.)
—–

(INTRODUCTION À L’ANARCHISME) Anarchisme et anticolonialisme (Ni Québec, Ni Canada) – FR

Samedi le 23 mai, 13h à 14h45
CEDA – Salle #123

En tant que philosophie née en Europe, l’anarchisme se fait parfois à son insu le véhicule de privilèges blancs, coloniaux, patriarcaux. De nombreux-ses militantEs se réclamant des principes anarchistes ont tenté d’y remédier en voulant élaborer un anarchisme d’ici, en terre colonisée, afin de faire en sorte qu’il puisse tenir ses promesses de lutte contre toute forme d’oppression. Cet atelier vise à explorer ces questionnements à travers la présentation de voix divergentes à ce sujet.

Présenté par Ni Québec, ni Canada, un collectif et une tournée anticolonialiste. Info: http://niquebecnicanada.anarkhia.org

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

(Salle des médias autonomes) FemCrypt, présentée par FemHack et Koumbit (FemHack et Koumbit) – FR/EN

Samedi le 23 mai, 13h à 14h45
CEDA – Room #125

L’objectif de cet atelier est de vous introduire aux concepts de chiffrement et du cryptage des communications électroniques (encryption, en anglais) et de vous initier à la pratique de cryptage pour la messagerie chat et les courriels selon une pédagogie anarcha-féministe et dans un environnement anti-oppressif et politisé. Dans le cadre de la Salle des médias autonomes.

FemHack est un groupe Montréalais autonome dont la mission est de créer un environnement inspirant et énergisant pour des militant.e.s (particulièrement queers, féministes, trans et personnes racisées) afin d’expérimenter avec la technologie pour hacker le patriarcat, le capitalisme et les autres systèmes d’oppression. Koumbit fournit des services web, basé sur des valeurs d’autogestion, d’ouverture et de solidarité. Info: www.koumbit.org

(Cet atelier sera présenté en anglais et en français.)
—–

Perspectives anarchistes et anti-racistes contre l’islamophobie au Québec (Mary Foster, Nargess Mustapha et Jaggi Singh) – FR

Samedi le 23 mai, 13h à 14h45
CCGV – Salle 2,100

Cet atelier va se pencher sur la montée de l’islamophobie au Québec, et sur la complicité d’une grande portion de la gauche (y compris la gauche anarchiste). Nous allons faire l’analyse de la conjoncture politique actuelle au Québec entourant l’islamophobie. Bien que la Charte de valeurs xénophobe ait été mise de côté, une montée de l’islamophobie encore plus pernicieuse se manifeste de plusieurs façon par une violence physique, verbale et médiatique subie par les communautés musulmanes. Nous voulons créer un espace pour discuter de moyens de résister à cette islamophobie, et de ce que cela veut dire pour nos pratiques anti-oppressives, anti-racistes, d’entraide et de solidarité.

Cet atelier sera animé par Mary Foster, Nargess Mustapha et Jaggi Singh, trois anti-autoritaires et organisateurs communautaires, actifs l’an dernier avec Ensemble contre la Charte xénophobe, et plus récemment avec des mobilisations anti-islamophobie et anti-racistes.

(Cette discussion sera en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Stratégies et tactiques pratiques pour une écriture anarchiste (Alexis Shotwell) – EN

Samedi le 23 mai, 13h à 14h45
CCGV – Salle 1,100

Notre capacité d’écrire avec aisance, joie et fluidité est écrasée: cela rend bien service aux relations sociales oppressives actuelles. L’écriture est néanmoins un outil vital pour la lutte. Dans cet atelier j’offrirai quelques stratégies et tactiques pour l’écriture. Les enjeux couverts incluent: gérer l’anxiété, la procrastination et la panique face à l’écriture: organiser les réalités matérielles du processus d’écriture, arrêter d’écrire, bien communiquer avec des gens qui peuvent vous donner du feedback, mettre en place des structures de support pour l’écriture.

Présentée par Alexis Shotvell. Alexis est une militante et enseignante à Ottawa, Ontario, un territoire algonquin non-cédé.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(INTRODUCTION À L’ANARCHISME) Les grandes idées anarchistes explorées dans de grands livres (Christine Renaud) – EN

Samedi le 23 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle #123

Un atelier proposé aux personnes qui font leurs premiers pas au sein de la pensée anarchiste et qui cherchent les meilleurs livres pour comprendre ce qu’est l’anarchisme, son histoire, pour répondre aux questions fréquentes ou pour réfléchir sur des thèmes précis. Ensemble, nous tenterons de trouver le livre qui convient le mieux à votre champ d’intérêt en lien avec l’anarchisme. Vous aurez aussi l’occasion de partager vos propres découvertes avec le groupe.

Atelier présenté par Christine Renaud. Christine travaille dans les bibliothèques publiques et s’implique dans la communauté, notamment dans Food Not Bombs.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(Salle des médias autonomes) Atelier de construction d’émetteur FM (CKUT)- EN/FR

Samedi le 23 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle #125

Venez découvrir les secrets de la transmission radio et des communications de masse en fabriquant votre propre émetteur radio FM. Nous allons sortir nos fer à souder et assembler tous les morceaux essentiels à débuter une émission en direct. Il y aura un coût de $10 pour chaque kit d’émetteur. Ce coût peut être partagé parmi les participantEs, et les participantEs pourront garder les émetteurs après l’atelier. Dans le cadre de la Salle des médias autonomes.

(Cet atelier sera présenté en anglais et en français.)
—–

Des lendemains qui chantent (Jacques Esnault) – FR

Samedi le 23 mai, 15h à 16h45
CCGV – Salle 2,100

Nous n’avons pas toujours vécu à genoux. En fait, notre classe sociale n’a jamais cessé de lutter. Jamais complètement. Des chants innombrables, parfois anonymes, ont accompagné ces combats. Retrouvons-les, redressons-nous de nouveau… et qu’advienne, enfin, des lendemains qui chantent ! Jacques Esnault du Collectif 1984 présentera quelques exemples de luttes sociales et leurs chants qui nous sont parvenues, en particulier les grandes luttes sous le drapeau anarchiste.

Une présentation de Jacques Esnault du Collectif 1984 (Bruxelles – Belgique). Info: www.collectif1984.net

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Espaces sécuritaires et autres problèmes (Virgil Addison, Estelle Davis, Kristin Li) – EN

Samedi le 23 mai, 15h à 16h45
CCGV – Salle 1,100

Durant cet atelier, nous allons explorer les problèmes et les contradictions retrouvés dans les espaces (plus) sécuritaires et discuter des alternatives pour organiser des espaces sociaux. Bien que nous partageons le désir d’avoir un endroit sans comportements oppressifs où aller, nous reconnaissons les limites de l’idéal des espaces sécuritaires. En tant qu’anti-autoritaires, comment pouvons nous créer des espaces sans reproduire les formes d’oppression que nous rejetons?

Présenté par Virgil Addison, Estelle Davis et Kristin Li. Virgil a organisé des événements anti-autoritaires pour Aspace, Midnight Kitchen, QPIRG et divers espaces DIY. Estelle Davis a été impliquée au sein de plusieurs espaces DIY et de groupes d’entraide communautaires qui ont fonctionné avec des politiques d’espaces (plus) sécuritaires. Kristin Li milite et fait des choses à Montréal.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

La Glamarchie: les personnes féminines autochtones, noires, et racisées dans les espaces anti-autoritaires dominés par des hommes (Kama La Mackerel, An Li, & Yun Ching) – FR/EN

Dimanche le 24 mai, 11h à 12h45
CEDA – Salle #119

Ceci est un espace non-mixte pour des personnes qui s’identifient comme féminines/à la féminité, et qui sont noires, autochtones ou racisées. Cet espace de discussion sera centré à l’intersection de la race, de l’ethnicité, et de la féminité en tant qu’identités.

Modéré par Kama La Mackerel, An Li & Yun Ching, un trio de personnes féminines qui se soucient de leur communauté plus que tout au monde!​

(Cette discussion sera en anglais et en français.)
—–

Pour le long terme : Prise en charge, dessein et stabilité dans l’organisation radicale (Chris Dixon) – EN

Dimanche le 24 mai, 11h à 12h45
CEDA – Salle #123

Partout en Amérique du Nord, les anti-autoritaires font face à plusieurs défis similaires en travaillant à bâtir des mouvements capable de transformer le monde : Comment pouvons-nous mettre en pratique nos valeurs tout en militant ? Comment pouvons-nous élargir nos horizons hors du cercle fermé des activistes ? Comment pouvons-nous nous sortir des impasses de nos façons de faire ? En s’appuyant sur des entrevues avec des militantEs d’expérience, cet atelier est un condensé de leçons pour développer des mouvements efficaces et visionnaires et sera un espace de discussions sur ce que nous avons appris ensemble.

Présenté par Chris Dixon. Chris, originaire d’Alaska, est un militant anarchiste depuis longtemps, un écrivain et un éducateur qui vit présentement à Ottawa, en territoire algonquin non-cédé.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(Salle anti-Canada) Le Canada comme État d’apartheid : mythes et réalités (les films de Clifton Arihwakehte Nicholas) – FR

Dimanche le 24 mai, 11h à 12h45
CEDA – Salle #125

[MISE À JOUR : Clifton regrets that he is unable to attend this workshop. However, his films - Elsipogtog No Fracking Way! et Karistatsi Onienre: The Iron Snake - will be screened] Dans le cadre de la Salle anti-Canada.

Présenté par Clifton Arihwakehte Nicholas. Clifton est un membre de la communauté Kanien’kehá:ka de Kanehsatake. Il a fait partie de la résistance à Kanehsatake en tant que jeune Warrior en 1990. Il est actif dans la résistance à la mine Niocan et au passage du pipeline East Energy sur son territoire. En tant que cinéaste-militant, Clifton mène sa propre compagnie de production cinématographique appelée Devil Dog Productions. Ses films incluent Karistatsi Onienre: The Iron Snake, une oeuvre consacrée à la résistance aux pipelines.

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Le théâtre d’intervention comme outil de changements et d’expérimentations (PASC) – FR

Dimanche le 24 mai, 11h à 12h45
CCGV – Salle 2,140

Trous de mémoire est un projet de théâtre d’intervention qui aborde les enjeux liés à l’extraction pétrolière et minière, à la défense du territoire et aux rapports Nord/Sud. En mettant en scène l’agissement d’une compagnie extractive au Québec et en Colombie, la pièce illustre la dynamique coloniale d’appropriation et d’exploitation des territoires, des ressources et des populations. Nous vous proposons une présentation adaptée de la pièce, dans laquelle nous partagerons nos expériences et souhaitons échanger sur les pratiques d’éducation populaire permettant d’apporter des analyses radicales au sein de débats écologiques souvent posés dans des cadres très restreints (citoyennisme, développement capitaliste, légalisme, etc).

Présenté par le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC). Le PASC est un collectif qui depuis 2003 réalise de l’accompagnement auprès de communautés et organisations colombiennes et organise des ateliers d’éducation populaire au Québec qui font les liens entre les mouvements sociaux d’ici et de Colombie notamment en dénonçant les intérêts canadiens impliqués dans le conflit social et armé en Colombie.

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Il faut qu’on parle de Facebook (DIRA) – FR

Dimanche le 24 mai, 11h à 12h45
CCGV – Salle 1,110

Le saviez-vous? Le monde sans Facebook a réellement existé. Il a disparu il y a 10 ans à peine. Cet atelier proposé par la bibliothèque DIRA se propose d’évaluer, pendant qu’il en est encore temps, l’importance que Facebook a acquis dans nos vies. La question du flicage est évidemment dans toutes les têtes, mais combien pèse-t-elle face aux succès tactiques à court terme, comme les manifs éclairs ou les actions de perturbation, parfois rendus possibles par Facebook ? Nous n’avons pas ici de réponse toute faite, mais entendons entamer une réflexion critique, alimentée par vos témoignages et vos connaissances. Combien de fois par jour consultes-tu ton profil ? Pourquoi t’es-tu inscrit-e ? Quel usage en fais-tu ? En tant qu’anarchiste ou anticapitaliste, comment t’accommodes-tu que tes actions en ligne profitent à une poignée de libertariens célébrés comme des génies par les médias ? Et comment t’accommodes-tu qu’en étant présent-e sur Facebook, tu encourages d’autres personnes à y être aussi ? Nous aimerions en discuter. Nous proposerons aussi un service de désinscription personnalisé. Les désinscriptions pourront être entreprises sur place.

Cet atelier est organisé par des bénévoles de la bibliothèque DIRA. Info: https://bibliothequedira.wordpress.com

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Confronter le racisme anti-noirEs dans les communautés anarchistes et apprendre du mouvement Black Lives Matter (Raissa Simone) – EN

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CEDA – Salle principale

Cet atelier va présenter les histoires de résistance des NoirEs sur l’Île de la Tortue, en mettant l’emphase sur les mouvements Black Power et Black Lives Matter. Les participantEs pourront apprendre comment les principes anarchistes ont été et peuvent continuer à être utilisés au sein de Black Lives Matter et dans le cadre d’autres moments semblables d’indignation anti-raciste. L’atelier va explorer les façons de combattre le racisme anti-noirEs dans les cercles anarchistes, en fournissant des ressources pour lutter efficacement contre la suprémacie blanche et comprendre la résistance des NoirEs en tant que partie intégrante de l’action anarchiste.

Présentée par Raissa Simone. Raissa est une poète, musicienne et activiste vivant à Kingston. Elle complète maintenant son doctorat à l’Université Concordia.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

Sobriété radicale : Perspectives anarchistes sur la dépendance et la guérison (RadSob) – EN

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CEDA – Salle #119

Radical Sobriety (RadSob) est un groupe de guérison populaire, fondé par des anarchistes. Nous considérons nos politiques radicales comme étant directement liées à nos dépendances et à notre guérison. Nous voulons fournir une analyse politique et des perspectives anarchistes sur la culture d’intoxication et les attitudes culturelles face à la dépendance et à la guérison. Il y a une immense isolation qui vient avec la dépendance, particulièrment si une personne ne peut pas ou ne veut pas utiliser les services de guérison traditionnels. Des incompréhensions et des stéréotypes majeurs à propos de la dépendance et de la guérison continuent à circuler dans la scène radicale, ainsi que dans la société en général. Nous croyons qu’il est crucial de lutter contre cela et qu’il est crucial de le faire dans une perspective populaire, orientée vers la communauté et non-institutionnelle.

Présenté par RadSob. RadSob est un groupe populaire de guérison par et pour des anarchistes, queers, punks et weirdos.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(INTRODUCTION À L’ANARCHISME) L’unité dans la diversité: portrait de l’anarchisme contemporain au Québec (Rachel Sarrasin) – FR

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CEDA – Salle #123

La perspective anarchiste est aujourd’hui articulée par les militantes et les militants autour d’une grande variété d’enjeux de lutte, allant de la question de la gentrification de nos quartiers et des enjeux féministes, aux questions relatives à l’exploitation des ressources naturelles ici et ailleurs dans le monde, ou encore aux enjeux reliés à l’éducation. En dépit de cette diversité, il est possible d’identifier des caractéristiques communes qui nous permettent de mieux cerner les contours de l’anarchisme contemporain tel qu’il s’est développé au Québec au tournant du XXIe siècle. Quelles sont les particularités de cette perspective anarchiste? Les idées et les pratiques anarchistes sont-elles uniquement portées par les militantes et les militants qui se revendiquent explicitement de cette idéologie? Cet atelier aura pour but de démystifier l’anarchisme contemporain au Québec à travers une approche interactive. La présentation sera basée sur les outils d’éducation populaire élaborés par le Collectif de recherche sur l’autonomie collective (CRAC), qui a mené des recherches entre 2006 et 2012 sur l’anarchisme au Québec.

Animée par Rachel Sarrasin. Rachel a été membre du CRAC (Collectif de recherche sur l’autonomie collective) de 2009 jusqu’à sa dissolution en 2012. Elle est une alliée du mouvement anarchiste depuis la mobilisation contre le Sommet des Amériques en 2001 avec la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC).

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

(Salle anti-Canada) La défense autochtone de la terre contre le colonialisme (Kanahus Manuel)- EN

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CEDA – Salle #125

Un point de vue venant du front sur la résistance au contrôle étatique ainsi que la résistance au colonialisme sous ses différentes formes. Dans le cadre de la Salle anti-Canada.

Présenté par Kanahus Manuel. Kahanus est une mère et une guerrière venant de la Nation Secwpemc dans la région de Shuswap en « Colombie-Britannique ». Elle a été active dans la lutte aux projets de développement et aux corporations comme le centre de ski Sun Peaks et Imperial Metals. Elle a récemment été impliquée dans les efforts de sensibilisation concernant les déversements de déchets de la mine d’or Mount Polley, possiblement la pire catastrophe de pollution minière de l’histoire canadienne. Elle a ainsi été ciblée par une injonction déposée par Imperial Metals afin de faire cesser le blocage des opérations de la compagnie minière.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

Soutien péri-carcéral (ancien-nes détenu-es) – FR

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CCGV, Salle 2,100

Des sentences d’emprisonnement découlent parfois de la répression étatique et il importe de pouvoir s’organiser pour mettre en place un support efficace pour ces situations. En quoi consiste un support complet, avant, pendant et après l’incarcération? C’est en saluant toutes les initiatives et les ressources présentes et passées que nous vous proposons cette réflexion collective qui pourra nous permettre de repousser les limites de nos moyens face à cette problématique.

Organisé par un groupe d’ancien-nes détenu-es et d’autres personnes ayant travaillé au soutien carcéral, souhaitant consolider les différentes ressources en la matière pour palier à certains aspects manquants.

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

1er mai et anarchisme à Montréal: une histoire fragmentaire (Carl Robichaud) – FR

Dimanche le 24 mai, 13h à 14h45
CCGV – Salle 1,110

Le 1er mai fait partie de la tradition anarchiste. Au-delà de la fête et de la commémauration des luttes passées, cette journée est souvent un point d’ancrage pour ceux et celles qui luttent pour l’émancipation. À Montréal, la tradition du 1er mai est plus que centenaire donnant lieu à une multitude d’évènements. Nous souhaitons en partager son histoire.

Présenté par Carl Robichaud, étudiant en histoire et militant anarchiste. Carl s’intéresse beaucoup aux questions urbaines. Son implication s’est aussi faite de manière affinitaire que se soit au sein des luttes de quartier ou encore durant la grève étudiante de 2012.

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Organisation versus mobilisation: Rendre notre activisme pertinent pour le peuple (Réseau pour l’élimination de la violence policière) – EN

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle principale

Le but général de cet atelier est d’encourager une meilleure compréhension de la différence entre organisation et mobilisation, ainsi que d’envisager et de discuter de ce à quoi l’organisation pourrait ressembler dans nos communautés/régions si nous décidions de nous engager sur cette voie. Cet atelier sera fortement interactif et participatif. Nous devrions quitter cet atelier avec une meilleure idée de ce qui devrait être fait pour rendre notre activisme plus pertinent dans la vie des gens.

Animé par Kelly Rose Pflug-Back, Ellie Adekur Carlson et Ajamu Nangwaya, membres du Réseau pour l’élimination de la violence policière (Network for the Elimination of Police Violence) basé à Toronto. Kelly est une auteure primée, étudiante et activiste sociale. Ellie est une activiste syndicale, étudiante et organisatrice. Ajamu est un éducateur, anarchiste, auteur et organisateur engagé.

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

Les ONG et le néo-colonialisme (Andres, Iléana et Robert) – FR

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle #119

L’anarchisme est évidemment intimement lié à l’opposition au colonialisme et à l’impérialisme. Les ONG sont une nouvelle forme de colonialisme. Nous proposons un atelier détaillé sur l’idéologie humanitaire, la déconstruction de ses publicités, les vraies intérêts des organisations et leurs liens avec l’état. Nous explorerons aussi comment la promesse de la démocratisation à l’étranger, surtout en Colombie, est liée à l’implantation du capitalisme, l’exploitation des ressources et finalement la destruction de l’auto-détermination des peuples.

Animé par Andres, Iléana et Robert, des finissant.e.s en Anthropologie, des activistes anti-colonialistes, anarchistes et des fucking cool personnes!

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

(INTRODUCTION À L’ANARCHISME) L’anarchisme au quotidien (Cindy Milstein) – EN

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle #123

Cet atelier présentera un bref aperçu de diverses éthiques anarchistes afin d’entamer une conversation sur des expériences contemporaines d’auto-détermination et d’auto-organisation anarchistes. Examinant à travers ce que James C. Scott a récemment nommé des “lunettes anarchistes” révélant des exemples d’actions concrètes, nous considèrerons les impulsions anti-autoritaires au sein de récents moments de résistance et de révolte, puis nous concentrerons plus spécifiquement sur l’anarchisme tel qu’il apparaît au quotidien dans des pratiques en apparence banales.

Présenté par Cindy Milstein. Cindy est activement engagée dans la résistance contre les évictions, incluant la sienne (Station 40, un espace anarchiste collectif; station40.org ), ainsi que dans l’organisation anti-policière dans le quartier Mission de San Francisco. Auteure de Anarchism and Its Aspirations (IAS/AK Press) et co-auteure avec Erik Ruin de Paths Toward Utopia (PM Press).

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)
—–

(Salle anti-Canada) Construire la résistance au 150e du Canada (trois personnes militantes anti-Canada) – FR/EN

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CEDA – Salle #125

Trois personnes militantes contre le Canada basées à Ottawa/Gatineau, au sud de l’Ontario et à Montréal échangeront sur le contexte entourant l’organisation contre Canada 2017. La discussion portera aussi sur la construction de campagnes coordonnées et décentralisées afin de saper les célébrations du Canada. Les raisons sous-jacentes à une opposition publique et concertées seront aussi discutées. Cette séance mettra l’accent sur la création d’un potentiel réseau pour l’organisation contre le Canada.

Animé par Mandy Hiscocks (Guelph), Dan Sawyer (Ottawa/Gatineau) et Jaggi Singh (Montréal, via Toronto). Une discussion dans le cadre de la Salle anti-Canada.

(Cette discussion sera en anglais et en français.)
—–

Anarchie et insurrection: Perspective du conflit permanent (trois anarchistes) – FR

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CCGV – Salle 2,100

Le but de cette présentation sera de mieux définir la tendance anarchiste informelle, de mettre de l’avant les concepts, sensibilités et ruptures qui lui donnent son souffle. Nous aborderons des idées qui nous paraissent centrales à cette tendance : l’affinité, l’informel, la liberté, l’insurrection, la projectualité, le conflit permanant, la société, la civilisation, l’individu, l’État. Nous tenterons de contextualiser ces théories dans notre époque et dans la réalité d’ici, c’est à dire en Amérique du Nord, sur des territoires volés et colonisés. De plus, nous exposerons les auteur.e.s qui continuent de nous inspirer.

Présentée par trois anarchistes de Montréal, se réclamant de la tendance insurrectionniste/informelle.

(Cet atelier sera présenté en français avec une traduction chuchotée vers l’anglais.)
—–

Là où vont les choses sauvages: Savoir et pratique anarchiste (Layla AbdelRahim) – EN

Dimanche le 24 mai, 15h à 16h45
CCGV – Salle 1,100

Cet atelier examine le rôle du savoir et de l’éducation dans l’économie civilisée de même que les façons dont ceux-ci sabotent la résistance et la révolution. Nous discuterons à la fois des succès temporaires et des raisons derrière l’échec des plus récentes révolutions, systématiquement récupérées par une culture de stratification et d’exploitation au cours du dernier millénaire, s’inspirant de ces expériences pour envisager un changement durable et une planète viable sur laquelle la diversité prospèrera.

Présenté par Layla AbdelRahim. Layla est une anthropologue anarchiste, auteure de deux livres: Wild Children – Domesticated Dreams: Civilization and the Birth of Education (Fernwood 2013) et Children’s Literature, Domestication and Social Foundation: Narratives of Civilization and Wilderness (Routledge 2015).

(Cet atelier sera présenté en anglais avec une traduction chuchotée vers le français.)